2022-02-25T10:38:50Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/egalite-sante-solidarite/plateforme%20ecoute%20mineurs/plateforme-ecoute675.jpg

Actualités Publié le 25 février 2022

Une plateforme d’écoute pour aider les mineurs en situation de prostitution

L’Association territoriale pour le développement de l’emploi et des compétences de Nantes Métropole (ATDEC) pilote un dispositif d’accompagnement global dédié aux mineurs prostitués. Un numéro a été mis en place en septembre 2021 pour mieux repérer et accompagner ces situations. Explications avec Léa Messina, chargée de projet.  

Un numéro d’écoute a été lancé en septembre à destination des professionnels, des particuliers et des mineurs en situation de prostitution. © Rodolphe Delaroque.
Un numéro d’écoute a été lancé en septembre à destination des professionnels, des particuliers et des mineurs en situation de prostitution. © Rodolphe Delaroque.

La prostitution concernerait 10 000 mineurs en France, un chiffre probablement sous-estimé. Quelle est la situation à Nantes ? 

« L’Observatoire départemental des violences faites aux femmes conduit actuellement une étude pour évaluer ce phénomène. Le manque d’information du grand public et des professionnels complique le repérage des mineurs en situation de prostitution. C’est une prostitution protéiforme, en grande partie cachée, qui touche tous les milieux sociaux. Elle ne répond pas forcément à un besoin de subsistance et s’inscrit souvent dans un continuum de violences. On retrouve les violences sexuelles, le harcèlement scolaire mais aussi les violences intrafamiliales. Les situations prises en charge par l’ATDEC concernent majoritairement des filles entre 13 et 16 ans. Les garçons sont aussi touchés mais la prostitution masculine est encore plus difficile à détecter en raison des représentations. »

Comment fonctionne le dispositif de l’ATDEC ? 

« Nous travaillons depuis 8 ans sur la question de la prostitution. En 2021, nous avons développé un dispositif, financé par le Département, dédié aux mineurs en situation de prostitution ou en risque de l’être, sous forme de consortium pluridisciplinaire (la Maison des adolescents, France Victimes 44, le Planning familial 44, le Triangle, Oppelia, Nosig, Paloma, SOS Inceste & violences sexuelles), pour permettre une prise en charge individualisée. Un numéro d’écoute, le 06 03 68 39 50, a été lancé en septembre à destination des professionnels, des particuliers et des mineurs. Nous recevons entre 10 et 30 appels par semaine, en grande majorité de professionnels. L’objectif est d’échanger avec la personne pour faire un pré-diagnostic, un rendez-vous de diagnostic est ensuite proposé au mineur. Il est important de comprendre d’un point de vue systémique ce qui a généré ces pratiques prostitutionnelles et d’évaluer les conduites à risques. C’est un travail en collaboration avec la Cellule de recueil des informations préoccupantes (CRIP). En parallèle, un travail de sensibilisation est mené auprès des professionnels et des particuliers pour favoriser le repérage de ces mineurs. » 

Quelle est ensuite la prise en charge de ces jeunes ?  

 « Nous présentons la situation de façon anonyme aux différents acteurs du consortium afin de déterminer ensemble un parcours individualisé. La prostitution engendre du trauma psychologique avec des problèmes dissociatifs, une anesthésie émotionnelle et des troubles de la concentration. Une prise en charge psychologique est donc proposée par SOS Inceste et France Victimes 44 dès le démarrage du suivi. On s’appuie également sur des éléments positifs comme une envie de formation ou la découverte d’un métier pour construire un projet avec le jeune. »  

À noter

La plateforme d’écoute est joignable au 06 03 68 39 50