2023-10-19T09:03:06Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/deplacements-stationnement/rues%20scolaires/rue-scolaire-longchamp-23-800.jpg

La rue scolaire des écoles Longchamp apaise l’entrée des élèves

Actualités Publié le 19 octobre 2023

La rue du Vélodrome de Longchamp est fermée aux voitures pendant 30 minutes chaque matin pour permettre une arrivée plus apaisée et sécurisée aux élèves des écoles maternelle et élémentaire. Cette rue scolaire a été mise en place à la rentrée de septembre après une mobilisation des parents d’élèves.

Tous les matins pendant 30 minutes, cette barrière provisoire ferme la rue du Vélodrome de Longchamp. © Céline Jacq pour Nantes Métropole
Tous les matins pendant 30 minutes, cette barrière provisoire ferme la rue du Vélodrome de Longchamp. © Céline Jacq pour Nantes Métropole

Certains matins depuis la rentrée de septembre, Xavier Duval-Zack arrive en avance, à 8h20, à l’école Longchamp où sont scolarisés ses enfants, pour installer la barrière qui ferme la rue du Vélodrome de Longchamp aux voitures. « Il y avait régulièrement des accrochages entre voitures et vélos, un enfant s’est fait rouler sur le pied, en novembre un autre s’est fait renverser donc les parents se sont mobilisés pour que ça change, raconte-il. Les services de la Ville ont pris ça au sérieux, nous les avons rencontrés et une expérimentation de rue scolaire a été lancée. » Les rues scolaires sont un des dispositifs issus de la démarche d’écomobilité scolaire mise en place par la Ville et qui a pour objectif de sécuriser le chemin de l’école et d’encourager les changements de comportements.

Moins de stress, moins de conflits

Pendant deux semaines en mai dernier, des barrières provisoires ont été positionnées sur la chaussée pendant 30 minutes à l’heure de l’entrée des élèves. « Des parents ont lâché leur voiture pour venir en vélo et ont continué même quand l’expérimentation était terminée, se réjouit Xavier Duval-Zack. Un sondage a révélé que 65 à 70% des parents et riverains étaient pour la pérennisation du dispositif. » Chose faite depuis septembre même si la barrière définitive ne sera installée qu’en novembre. Un noyau dur d’une petite trentaine de parents s’organise pour fermer la barrière à 8h20 chaque matin et le concierge de l’école se charge de l’ouvrir à 8h50. A terme, les parents souhaiteraient que la rue soit aussi fermée le mercredi midi et le soir, mais la mobilisation bénévole est plus compliquée à obtenir.

« Les matins sont beaucoup plus apaisés, affirme le père de famille. Moins de stress, moins de conflits et même les enseignants disent que les enfants sont plus calmes. » Pour aller plus loin et encourager les parents hésitants, le collectif de parents d’élèves a également créé un vélobus qui, tous les mercredis matins, part du boulevard de la Patouillerie, réalise un circuit d’une quinzaine de minutes pour « ramasser » les cyclistes avant d’arriver à l’école. « Cette rue scolaire est une bonne chose. Maintenant, nous aimerions être associés au réaménagement de la rue Hector-Berlioz à côté, par où beaucoup de cyclistes passent mais où les problèmes de sécurité sont importants », précise Xavier Duval-Zack.