2020-05-27T16:20:40Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/caf%c3%a9s%20cultures/aide-cafes675.jpg

Actualités Publié le 27 mai 2020

Nantes double son aide au GIP Cafés Cultures

Le fonds d’aide à l’emploi artistique dans les cafés/bars et restaurants, créé en 2015, a permis de soutenir, l'an dernier, 1 468 salaires à Nantes. 

L’aide du GIP permet de soutenir l'activité de spectacle dans les lieux de proximité, favorisant ainsi l'accès du plus grand nombre à la culture.
L’aide du GIP permet de soutenir l'activité de spectacle dans les lieux de proximité, favorisant ainsi l'accès du plus grand nombre à la culture.

La crise sanitaire liée au Covid-19 a profondément impacté l’activité culturelle, en particulier les lieux de proximité et ceux qui s’y produisent. Pour aider à son redémarrage, la Ville de Nantes a décidé de doubler son aide au GIP Cafés Cultures pour l’année 2020. Elle versera 50 000 € supplémentaires, portant ainsi son aide à 100 000 €. Cette action s’inscrit dans le cadre du soutien aux acteurs culturels mené depuis le début de la crise sanitaire.

Le groupement d’intérêt public (GIP) Cafés Cultures permet aux cafés, hôtels et restaurants de salarier des artistes et techniciens dans de meilleures conditions, par la prise en charge d'une partie du coût des cachets – de 26 à 65 % selon le nombre d'artistes salariés. Une aide qui permet aux petits lieux de travailler plus facilement avec des artistes locaux, déclarés.

Au bénéfice de la programmation

"À chaque fois que l’on fait intervenir des artistes intermittents, le GIP nous rembourse une partie des cachets, détaille Popy, gérant du Mojo, un établissement de la rue Joffre. Ça a un impact direct sur notre programmation, car ça nous permet d’avoir des propositions artistiques plus étoffées. Par exemple, on pourra faire venir un groupe de 5 ou 6 personnes plutôt qu’un duo."

La Ville de Nantes est parmi les trois collectivités fondatrices du GIP, créé en 2015 à la suite du succès d’une expérimentation en région. "Le groupement est né de la démarche collective de l’État, du Conseil régional des Pays de la Loire, des Villes de Nantes et de Montreuil, et d’organisations professionnelles : le Collectif culture Bar-Bars, le Pôle et le Rama", précise la direction générale de la culture. La participation de la Ville de Nantes à ce fonds d’aide consacre le rôle important de ces petits lieux de diffusion dans la vie sociale et culturelle de la cité. Les cafés cultures contribuent en effet à l'émergence de nouveaux talents, entretiennent la diversité de la scène artistique locale et constituent des lieux de convivialité et d’échange. 

À noter

Depuis sa création, le GIP Cafés cultures a permis d’accompagner 1 237 établissements et de participer à 42 750 salaires sur l’ensemble du territoire national dont 77 établissements et 6 679 salaires nantais (soit environ 2 206 artistes nantais).

Ça peut vous intéresser