2021-10-26T14:28:18Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/economie-emploi/acteurs%20economie/Bo%c3%aetes%20Nomades/boites-nomades675.jpg

Actualités Publié le 26 octobre 2021

Des Boîtes Nomades pour une restauration zéro déchet

18 restaurants nantais adhèrent déjà à ce réseau qui propose des boîtes en verre consignées pour les repas à emporter. 

Typhenn Leplay (à droite) a lancé au printemps un système de boîtes en verre réutilisables. Ici avec Claire Populin, gérante du restaurant vegan l’Éthiquête. Crédit : Patrick Garçon.
Typhenn Leplay (à droite) a lancé au printemps un système de boîtes en verre réutilisables. Ici avec Claire Populin, gérante du restaurant vegan l’Éthiquête. Crédit : Patrick Garçon.

Boostée par la crise sanitaire, la vente à emporter fait déborder nos poubelles. Pour en finir avec les contenants en plastique et en carton, Typhenn Leplay a imaginé un système de boîtes en verre réutilisables. « Le client prend son repas dans une boîte de 80 ou 115 cl consignée 3 euros, il peut ensuite la ramener dans un restaurant partenaire et faire un échange avec un nouveau contenant, précise cette ancienne ingénieure agronome, en reconversion après une année sabbatique. Les boîtes sont lavées et repartent pour une nouvelle vie. L’idée, c’est de pouvoir adopter les bons gestes pour la planète sans trop de contraintes. » 

2 300 boîtes nomades en circulation 

Créée au printemps 2021, l’association Les Boîtes Nomades fédère aujourd’hui 18 adresses nantaises. Claire Populin, gérante du restaurant vegan l’Éthiquête, a rejoint le réseau à ses débuts. « On adhérait déjà à J’aime tes bocaux, certains clients venaient avec leurs propres contenants. Ici, on propose toutes les alternatives possibles : nourriture végétale et bio, collecte des déchets organiques par la Tricyclerie, mobilier recyclé et maintenant les boîtes consignées. »

2 300 boîtes sont en circulation. L’association achète les contenants et approvisionne les enseignes en fonction des besoins. Elle collecte les boîtes pour le lavage, il est aussi possible pour les restaurateurs de le faire sur place. « Il y a un vrai intérêt à tout mutualiser : les achats, le lavage, l’outil digital, souligne Claire Populin. Ensemble, on est plus forts ! »  Le 1er novembre marque l’arrivée de deux nouvelles adresses dans le réseau et le lancement d’une nouvelle boîte, plus petite, destinée aux desserts. L’association doit ouvrir sa plateforme digitale d’ici la fin de l’année et un service de livraison, en partenariat avec Naofood, sera proposé au premier trimestre 2022.