2024-02-01T15:18:27Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/Conseil%20municipal/mouton800.jpg

Un budget vert pour mesurer la bifurcation écologique

Actualités Publié le 01 février 2024

Dans une démarche d’amélioration continue de leurs choix, la Ville et la Métropole analysent leurs dépenses sous le prisme de la transition écologique.

Le budget vert a été expérimenté en 2023 ©Nantes Métropole
Le budget vert a été expérimenté en 2023 ©Nantes Métropole

Créer un territoire plus durable et plus vert est l’un des axes majeurs du mandat et guide chacune des actions de la Ville et de la Métropole. Depuis 2023, à travers la démarche du budget vert, les collectivités analysent désormais leurs dépenses sous l’angle de la transition écologique : c’est la démarche du Budget vert ! L’objectif ? S’assurer que les décisions publiques soient efficaces, pertinentes et aient l’impact le plus positif possible sur l’environnement. « Cette démarche est un outil pour vérifier notre trajectoire, orienter nos décisions et ajuster voire recalibrer nos projets, dans une démarche d’amélioration continue qui doit nous permettre d’atteindre nos objectifs », éclaire Hélène Naulin, adjointe à la mairie de Nantes en charge de la petite enfance et de la résilience. « Nous mesurons ainsi plus finement l'effet des politiques publiques métropolitaines en matière d'atténuation et d'adaptation au changement climatique, de préservation des ressources. Si cette budgétisation nous permet déjà de vérifier la qualité de nos réalisations, l'objectif est demain de disposer le plus tôt possible de cette démarche dans le processus de choix budgétaire, comme un outil supplémentaire d'aide à la décision », complète Tristan Riom, vice président de Nantes Métropole en charge du climat, des transitions énergétiques, de la résilience et des mutations économiques. 

Une boussole pour orienter les actions publiques

En décortiquant leurs dépenses, la Ville et la Métropole peuvent ainsi mieux orienter les services dans leurs missions. Au quotidien, tous les choix politiques ont un impact sur l’environnement : l’emploi de matériaux de construction, l’emplacement d’un parking-relais, le développement d’une ligne de transport en commun, le choix d’un menu à la cantine… Rien n’est anodin et tous les choix peuvent participer à réduire les émissions de carbones ou à faire évoluer les mentalités.

En France, ce budget vert n’est pas une obligation légale mais une démarche volontariste des collectivités. Pour orienter son analyse, elle suit les conseils de l’agence I4CE (Institut de l’Économie pour le climat) qui identifie les bonnes pratiques en matière de climat et de sobriété carbone. Après une expérimentation l’année dernière, la démarche progresse en 2024 : toutes les dépenses d’investissement seront soigneusement consultées sous le prisme du budget vert. En 2025, ce sera la totalité du budget (dépenses, recettes, investissements) qui sera analysée, toujours dans une logique d’amélioration continue.