2021-03-10T14:27:19Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/egalite-sante-solidarite/8mars/Mahaut%20Bertu%20675.jpg

Actualités Publié le 10 mars 2021

Mahaut Bertu : "des mesures concrètes et symboliques sont nécessaires pour faire avancer l'égalité femmes-hommes"

Faire de Nantes la première ville non sexiste de France d’ici 2030. C’est l’engagement fort pris par la collectivité pour faire avancer l’égalité femmes-hommes sur le territoire. À l’occasion du 8 mars, Mahaut Bertu, adjointe à l’Égalité, décrypte ce concept de ville non-sexiste.

Texte alternatif de l'image
Portrait de Mahaut Bertu, Adjointe à l'Égalité

Qu’attendez-vous du 8 mars, journée de lutte internationale pour les droits des femmes  ?

Le combat pour l’égalité femmes-hommes n’est pas acquis… Inégalités salariales, harcèlement dans la rue ou au travail, violences conjugales et sexuelles, toutes ces injustices empoisonnent le quotidien des femmes et les empêchent de s’épanouir pleinement dans la société actuelle. Même si le combat doit se mener toute l’année, le 8 mars reste un moment-clé pour mettre en lumière les problèmes du sexisme auprès d’un large public. C’est aussi un jour très symbolique à mes yeux, car c’est ma sensibilité féministe qui m’a amené à m’engager en politique. Le féminisme est un beau projet de société car il s’agit ni plus ni moins que d’améliorer grandement le quotidien de la moitié de la population mondiale.

Qu’est ce qu’une ville non sexiste ?

Une ville non sexiste, c’est une ville où les femmes peuvent accéder à un logement, aux espaces publics, aux loisirs ou à un travail sans rencontrer plus de difficultés qu’un homme. Pour cela, nous avons mis en place une série de mesures concrètes et symboliques lors du dernier mandat, en partenariat avec les associations et les collectifs du territoire : féminisation des noms de rues, organisation annuel de l’évènement « sportez bien, les filles ! » ou encore les ateliers de « négotraining » qui permettent de former les femmes à la négociation salariales… L’année 2019 a notamment été marquée par l’ouverture de Citad’elles, un lieu d’accueil, d’écoute et d’accompagnement pour les femmes et leurs enfants victimes de violences. Il est ouvert 24h/24 et 7j/7.

Quelles mesures allez-vous prendre dans ce nouveau mandat ?

Tout l’enjeu de ce mandat est de consolider et d’accélérer ce qui a déjà été mis en place en matière d’égalité femmes-hommes, tout en déployant de nouvelles mesures. En ce début 2022 nous lançons l’opération Zéro tabou, pour lutter contre la précarité menstruelle et en finir avec les tabous et les clichés sur les règles. Permettre aux femmes de se sentir bien et en sécurité sur l’espace public et de profiter des aménagements, sont des enjeux que nous allons prendre en compte dans toutes nos politiques publiques et dans l’aménagement urbain. Enfin, assurer la sécurité dans la rue et dans les transports en commun de toutes et tous est évidemment l’une de nos priorités, et le recrutement de 70 policiers municipaux, ainsi que notre engagement autour des cafés-citoyens y concourent concrètement. Enfin, pendant le mois de novembre 2022, Nantes accueillera les Assises Nationales contre les violences faites aux femmes, afin de mener une réflexion collective contre ce fléau. Il est aussi très important d’agir à un niveau symbolique : organiser les journées du matrimoine ou continuer de féminiser les noms de rues et d’équipements publics, c’est mettre à l’honneur des femmes qui ont marqué l’histoire mais qui n’ont pas toujours eu la valorisation qu’elles méritaient. Nous ne mettrons pas fin au sexisme à nous seuls, mais nous pouvons créer les conditions pour que le sexisme devienne inacceptable sur le territoire. 

Comment allez-vous travailler avec les acteurs du territoire ?

Confiance en soi, emploi, prévention, soutien psychologique… Toutes les associations et les collectifs qui s’engagent pour les femmes n’œuvrent pas forcément dans les mêmes thématiques. Cette pluralité de regard, d’engagements et de convictions fait la force du féminisme aujourd'hui. C’est pourquoi nous souhaitons travailler avec des associations représentant ces différentes sensibilités et qui travaillent sur différents objets, afin que leur expertise du territoire puisse enrichir notre action et profiter à toutes les nantaises. Chaque année, nous nous associons à elles pour proposer des événements à destination du grand public tout au long du mois de mars. Cette dynamique des acteurs et actrices nantais est essentielle pour nous, car nous avons besoin de chacun et chacune pour construire la ville non sexiste que nous appelons de nos vœux !

Ça peut vous intéresser