2024-01-15T15:25:54Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/nature-environnement/fruitiers/plantation-fruitiers-nantes-erdre1.jpg

À Nantes Erdre, la rue du Haut-Launay devient un verger

Actualités Publié le 15 janvier 2024

Depuis vendredi 12 janvier, grâce à une séance de plantation participative, plusieurs dizaines d’arbres fruitiers sont installés le long de la rue du Haut-Launay. D’ici quelques années, ils porteront des fruits à disposition des passants.

Une vingtaine de bénévoles sont venus prêter main forte aux jardiniers de la Ville de Nantes pour planter une centaine d’arbres le long de la rue du Haut-Launay, de part et d’autre de l’avenue de l’Aven. © Romain Boulanger
Une vingtaine de bénévoles sont venus prêter main forte aux jardiniers de la Ville de Nantes pour planter une centaine d’arbres le long de la rue du Haut-Launay, de part et d’autre de l’avenue de l’Aven. © Romain Boulanger

Le froid piquant de ce 12 janvier n’a pas découragé les riverains et les bénévoles de Bénénova : une bonne vingtaine de personnes sont à pied d’œuvre pour aider l’équipe de jardiniers de la Ville de Nantes à planter une centaine d’arbres le long de la rue du Haut-Launay, de part et d’autre de l’avenue de l’Aven. Le large trottoir était jusque-là recouvert de pelouse. Une allée/piste cyclable a été aménagée et les jardiniers ont préparé deux bandes de terre. « Cela a demandé quatre jours de travail », explique Audrey Guéry, cheffe d’équipe. Les jardiniers ont au préalable déposé les arbrisseaux, espacés d’environ trois mètres. Il n’y a plus qu’à les planter ! Après un petit échauffement ludique proposé par Marlène Vignihoué, coordinatrice jardins partagés à la direction Nature et jardins, des binômes se forment, armés de gants et pelles. L’affaire est rondement menée : après une demi-heure de travail, les amandiers, pruniers, poiriers, cerisiers et autres abricotiers se dressent, prêts à démarrer leur croissance dans leur nouveau nid.

Jardiniers, riverains et écoliers associés

Arnaud Bothorel, responsable Nature et jardins pour le quartier, se réjouit d’une opération appréciée de tous : « Les animateurs de quartier et les enfants de l’école Maison-Neuve ont été associés à la préparation de la plantation. Malheureusement, leur enseignante étant malade, ils n’ont pas pu venir ce matin. Nous avons mis de côté quelques arbres qu’ils pourront planter ultérieurement. Ces opérations sont aussi un plaisir pour nos équipes qui sont composées d’agents passionnés, aimant leur métier et heureux de partager leur savoir-faire. »

La plantation de fruitiers fait partie de l’un de nos objectifs de mandat : planter 25 000 arbres dans la ville

Delphine Bonamy, adjointe à la maire de Nantes déléguée à la nature en ville

Cette première séance de l’année sera suivie d’autres plantations : jeunes plants forestiers au Petit-Port, fruitiers rue du Fort, puis au Port-Boyer. © Romain Boulanger
Cette première séance de l’année sera suivie d’autres plantations : jeunes plants forestiers au Petit-Port, fruitiers rue du Fort, puis au Port-Boyer. © Romain Boulanger

Un jour, la cueillette...

Léa, bénévole, est également ravie : « Je participe à des missions différentes, selon mes disponibilités, sur des mini-créneaux. C’est l’occasion de découvrir plein de trucs différents ! » Marilyn et Michel, eux, sont habitants du quartier, très actifs puisqu’ils ont déjà fait partie de plusieurs groupes de travail sur différentes thématiques. Lorsqu’ils ont eu vent de la plantation participative, ils n’ont pas hésité : « Nous vivons ici depuis près de trente ans, nous avons vu le quartier se transformer. Nous avons un jardin mais pas d’arbres fruitiers, nous viendrons en cueillir ici ! ».

De petits fruits en attendant les gros

Car l’objectif est bien, en plus de participer à l’embellissement et au rafraîchissement de l’espace public, de donner à terme aux passants et riverains la possibilité de venir grappiller à la saison une pomme ou une figue, tellement meilleures lorsqu’elles sont fraîchement cueillies !  « Les arbres ne produiront pas de fruits avant quelques années, expliquent les jardiniers. D’ici là, nous allons installer à leur pied des petits fruitiers comme des framboisiers ou groseilliers, pour patienter ! ».

Bientôt des arbres d’ornement

À côté des fruitiers seront bientôt plantés des ormes de Sibérie, des chênes mexicains et des charmes blonds, qui viendront remplacer les arbres ayant récemment dû être abattus le long de la rue, pour raisons de sécurité : « Leurs racines ne pouvaient pas se développer correctement, l’un d’eux est tombé un jour de tempête. Nous avons revu l’implantation et les espèces pour corriger ce problème. » Le revêtement des places de stationnement a également été modifié au passage : des pavés espacés permettent désormais à l’eau de pluie de pénétrer dans le sol.

Cette première séance de l’année sera suivie d’autres plantations : jeunes plants forestiers au Petit-Port, fruitiers rue du Fort, puis à Port-Boyer. « Une vingtaine de fruitiers seront aussi plantés sur le campus universitaire », ajoute Lionel Roussel, de la direction Nature et jardins.

À lire aussi
Dans toute la ville, des fruits à glaner