2019-09-23T15:28:55Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/fayolle/expojjf675.jpg

Actualités Publié le 23 septembre 2019

Saint-Donatien : une expo photo sur les coulisses de la restauration

Le photographe nantais Jean-Félix Fayolle s’est glissé dans les entrailles de l’édifice ravagé en 2015 par un incendie accidentel pour documenter le travail de reconstruction.

L’exposition « Derrière la palissade » a été inaugurée 20 septembre, l’occasion pour le photographe de présenter son travail aux riverains.
L’exposition « Derrière la palissade » a été inaugurée 20 septembre, l’occasion pour le photographe de présenter son travail aux riverains.

C’est un « monument iconique » de Nantes qui le « fascine » depuis longtemps. Jean-Félix Fayolle a commencé par photographier la basilique Saint-Donatien depuis la fenêtre de son appartement des Agenêts. « Je la voyais tous les jours et je la trouvais particulièrement belle », se souvient le photographe, co-fondateur du collectif Iris Pictures et collaborateur de Nantes Passion.

C’était avant que les flammes ne ravagent la toiture de cet édifice néogothique du 19e siècle, le 15 juin 2015. Après le drame, Jean-Félix Fayolle, accompagné de l’architecte Jacques Dabreteau, se penche sur la richesse patrimoniale du lieu et réalise des premiers clichés du bâtiment post-incendie. L’idée de documenter la renaissance de la basilique à travers une expo photo est proposée à la Ville de Nantes, qui soutient le projet financièrement. « Nous souhaitions mettre en lumière le travail des ouvriers et des artisans. C’est notre manière de donner à voir aux Nantais la réalité de ce chantier », précise Olivier Château, adjoint au maire en charge du patrimoine.

Un accès privilégié

De mars à juillet 2019, Jean-Félix Fayolle enfile son casque et se glisse dans les coulisses du chantier pour illustrer la diversité des talents à l’œuvre dans la reconstruction de l’édifice : charpentier, couvreur, tailleur de pierre, restauratrice de peinture... « J’étais heureux d’avoir cet accès privilégié. Ce type de bâtiment a toujours des mystères, c’est vraiment intéressant de voir comment ça se passe à l’intérieur et de pouvoir le partager avec le public. Et c’est aussi l’histoire nantaise qui s’écrit : tout ce qui se fait actuellement va durer des siècles. »  

Le photographe réalise une demi-douzaine de séances photos, d’une à trois heures, dans les entrailles de la basilique. « C’était très naturel, il ne nous a pas demandé de poser et ça, c’est agréable, souligne Agnès Roze, restauratrice de peintures. Les travaux peuvent occasionner de petites gênes dans le quartier. Ce travail photographique permettra peut-être aux riverains de mieux s’approprier le chantier ! »

Au total, quinze clichés mêlant portraits d’artisans et photos de l’édifice avant et après l’incendie sont présentés sur la palissade qui entoure le chantier. L’exposition, évolutive, sera enrichie l’année prochaine. Jean-Félix Fayolle travaille également sur un livre, en partenariat avec l’architecte Jacques Dabreteau et l’historien Stéphane Haugommard. Cet ouvrage, qui associera textes et photos, devrait être publié pour la réouverture de la basilique prévue en 2021.

Ça peut vous intéresser