2019-09-12T10:45:56Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/enfance-education-jeunesse/stage%20troisieme/stage3e675.jpg

Actualités Publié le 12 septembre 2019

Une quatrième rentrée pour le dispositif stages de troisième

Sensibiliser les collégiens, leur proposer, via un site internet, une riche offre de stages et accompagner ceux qui n’ont pas trouvé, c’est le dispositif mis en place par Nantes Métropole, le Département et l’Académie de Nantes.

En novembre 2018, une dizaine d'entreprises étaient venues participer à l’opération remobilisation avec les élèves du collège Rosa-Parks.
En novembre 2018, une dizaine d'entreprises étaient venues participer à l’opération remobilisation avec les élèves du collège Rosa-Parks.

Le stage de troisième est parfois un casse-tête pour les collégiens dont les parents n’ont pas un réseau important. Et ce alors qu’il permet un premier contact avec le monde professionnel, essentiel pour de nombreux jeunes dans la construction de leur projet professionnel. Depuis 2017, Nantes Métropole, le département de Loire-Atlantique et l’Académie de Nantes ont créé un dispositif en trois temps pour aider les collégiens en difficulté, en particulier dans les quartiers populaires.

Dès la rentrée, dirigeants, cadres ou salariés d’entreprises proposent dans les 17 collèges partenaires de l’opération des actions de préparation des stages. Puis un site internet donne aux collégiens accès à de nombreuses offres de stages sur le territoire, issues du secteur privé (entreprises, associations), mais aussi du secteur public. Les candidatures des élèves d’établissements en Réseaux d’éducation prioritaire (REP et REP+) sont priorisées, pour réduire les inégalités sociales et géographiques. Enfin, une opération de remobilisation est organisée dans plusieurs collèges. Les entreprises se déplacent et présentent alors leur activité aux élèves n’ont pas réussi à trouver de stage pour qu’au final, chaque collégien trouve chaussure à son pied.

Mieux comprendre l’entreprise

« La plateforme est hyper opérationnelle, et il y a beaucoup de sens à faire venir des jeunes de quartiers moins favorisés dans une entreprise comme la nôtre, observe Mickael Keromnes, dirigeant de l’entreprise informatique Cedreo à Saint-Herblain. Le numérique est un secteur exclusif, ils n’ont pas forcément l’occasion de côtoyer des gens qui y travaillent. »

Chez Cedreo, chaque stagiaire se voit attribuer un tuteur et peut se confronter aux différents métiers de l’entreprise. « Les services travaillent sur un petit module de découverte de leur métier. En  infographie, ils font une petite modélisation, en développement, ils programment un jeu de pong. Ils passent une journée avec le développeur, et peuvent ensuite y jouer. » Une méthode ludique qui plaît aux stagiaires et leur permet de comprendre que l’entreprise est une somme de métiers et de compétences.

« Et on a des surprises. Souvent, les stagiaires aiment travailler avec les modélistes 3D. Un des jeunes qui est venu chez nous n’a pas trop accroché. En revanche, il a travaillé avec le service prospection et, d’un coup, il s’est illuminé. Il a trouvé sa vocation. »

Ça peut vous intéresser