2019-10-04T08:58:21Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/services-administratifs/Conseil%20communautaire/CM04102019/pat-675.jpg

Actualités Publié le 04 octobre 2019

Le projet alimentaire territorial passe aux actes

Le conseil métropolitain a adopté les objectifs chiffrés du projet alimentaire territorial (PAT) de la Métropole. Un projet qui vise à construire une alimentation locale, durable et accessible à tous à l’horizon 2030. 

pat-800.jpg

“Après avoir arrêté la stratégie en avril 2018 et adopté la feuille de route du projet alimentaire territorial en octobre 2018, on rentre dans la mise en œuvre, explique Jean-Claude Lemasson, vice-président de Nantes Métropole chargé notamment de l’agriculture périurbaines. C’est un plan d’action chiffré, objectivé, y compris dans sa temporalité.”

30 engagements ont été pris sur une période de dix ans, traduisibles en 63 objectifs chiffrés d’ici 2030. L’objectif est d’impulser un changement de modèle, et en agissant à tous les stades du cycle alimentaire, de la production à la consommation. 

Cinq mesures structurantes  

Mais on peut également citer le fait qu’un espace comestible sera désormais systématiquement prévu dans tous les espaces publics métropolitains et les nouveaux projets d’aménagement; l’expérimentation d’une “carte blanche alimentation”, avec le CCAS pour faciliter l’accès des ménages les plus modestes aux produits durbales; une offre de commande collective en filières locales à 200 foyers dans 5 quartiers prioritaires; la volonté de multiplier le nombe de participants aux défis citoyens avec un objectif de 400 participants (contre 65 l’an dernier pour la première édition) d’ici 2021; un programme “zéro déchet à la fête de l’école” dans toutes les communes d’ici 2025 et le travail de 1000 entreprises pour développer des solutions logistiques bas carbone. 

Pour mettre en œuvre ces engagements, un Conseil métropolitain des acteurs alimentaires sera créé pour suivre et évaluer les engagements de la feuille de route, composés d’acteurs ayant participé à sa construction.

 

 

Chiffres clefs :

15 000 hectares de surface agricole utile sur la métropole

350  exploitations dont 60 en bio ou en conversion.