2019-12-13T18:05:34Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/services-administratifs/Conseil%20communautaire/CM13122019/Granddebatcm675.jpg

Actualités Publié le 13 décembre 2019

Budget, longévité, transition énergétique : l’essentiel du conseil métropolitain

Le dernier conseil métropolitain de l’année 2019 se tenait vendredi 13 décembre. Au programme : le rapport final du Grand débat longévité, l’adoption d’une démarche “éviter, réduire, compenser” et le budget 2020.

Granddebatcm800.jpg

Les conclusions du Grand débat Longévité 

Du 16 janvier au 31 mai 2019, le troisième Grand Débat Longévité a mobilisé les 24 communes et été suivi par 23 000 participants. En ligne, en ateliers ou lors du Festival Citoyen Longévité, les habitants de la métropole ont pu réfléchir sur le thème « Longévité, ouvrons les possibles ». Le rapport final issu de ses échanges a été présenté au Conseil métropolitain du 13 décembre et mis à disposition des citoyens et des acteurs du territoire. Fort de ces conclusions, les élus métropolitains ont voté pour engager Nantes Métropole dans la démarche du réseau francophone des Villes amies des aînés. D’après Johanna Rolland, Maire de Nantes et Présidente de Nantes Métropole, ce Grand Débat Citoyen a permis de « poser les principes d’un projet de territoire favorable à la longévité. Il devra encourager un nouveau pacte entre les générations, soutenir les projets, l’autonomie et l’engagement de chacune et de chacun dans ses choix de vie quotidienne, lutter contre les inégalités, notamment entre les femmes et les hommes, et prévenir de nouvelles vulnérabilités. » Le rapport du Grand Débat est consultable, en ligne sur metropole.nantes.fr/grand-debat.  

Plus d'infos sur les enseignements du Grand Débat Longévité
DemarcheERC800.jpg

Une démarche “éviter-réduire-compenser” pour préserver l’environnement et la biodiversité

Initiée dans le cadre de la Loi biodiversité de 2016, la démarche “éviter-réduire-compenser” vise à éviter les impacts des aménagements sur l’environnement quand cela est possible, à les réduire quand ils ne peuvent être évités, et à compenser les effets si l’on ne peut faire autrement. Nantes Métropole s’engage à mettre en œuvre cette démarche dans ses projets à venir, démarche qui est déjà déclinée dans le Plan local d’urbanisme métropolitain (PLUm). L’ambition est de faire de cette démarche une opportunité pour restaurer le fonctionnement naturel du territoire sur des sites dégradés, notamment sur les continuités écologiques, en s’appuyant sur la solidarité territoriale. Cette démarche s’inscrit dans foulée de la Feuille de route transition énergétique et de ses engagements (mise en place d’un coefficient nature en ville dans les projets de construction et garantir que chaque habitant bénéficie d’un îlot de fraîcheur à moins de 300 mètres), et le vœu sur l’urgence climatique adopté par le conseil métropolitain le 4 octobre dernier.

Budgetcm800.jpg

Le Budget métropolitain 

Voté le 13 décembre 2019, le budget 2020 de la Métropole s’élève à 1,378 milliards d’euros. Il se démarque par un niveau d’investissement très soutenu : 500 millions d’euros, contre 454 millions en 2019. Les transports en communs restent le premier investissement métropolitain avec 85,5 millions d’euros, suivi par le développement urbain durable des territoires (77,5 M€), la conception et l’entretien des espaces publics (76,5 M€) et les déplacements (62,5 M€). « Nous maintenons un niveau d’épargne suffisant pour garantir un haut niveau d’investissement au service des habitants, pour adapter nos services publics à la croissance démographique du territoire et au développement de ses activités », affirme Pascal Bolo, vice-président aux finances et à l’évaluation des politiques publiques.  

Plus d'infos sur le budget métropolitain
FSLcm800.jpg

Le Fonds de solidarité logement évolue

Le loyer et les factures énergétiques pèsent parfois très lourd dans les dépenses des foyers les plus précaires. C’est pourquoi, depuis 1990, les ménages en situation de vulnérabilité peuvent solliciter le Fonds de solidarité logement, afin de bénéficier d’une aide financière ou d’un accompagnement social. Pour moderniser ce système, le Conseil métropolitain du 13 décembre a adopté le projet de révision de son règlement intérieur. L’objectif ? Simplifier les démarches d’accessibilité auprès des usagers et élargir le public éligible en multipliant les critères de vulnérabilité » (isolement, multiplicité des expulsions, violences…). En parallèle, la Métropole développera plus d’actions de prévention, dès les premières difficultés, pour éviter les ruptures de parcours ainsi que des démarches de sensibilisation contre la précarité énergétique (sensibilisation aux éco-gestes, remplacement des appareils énergivores). Enfin, la Métropole travaillera désormais avec différents partenaires sociaux pour personnaliser le plan d’action à chaque situation. 

pirmil-les-islescm800.jpg

Pirmil les Isles, quartier précurseur de la transition écologique

Construire, en plein cœur de la métropole, des immeubles en bois ou en paille, fertiliser des sols malmenés par le passé ou encore planter 50 000 arbres… Le projet Pirmil - les Isles bouscule la manière dont on conçoit les villes. Vendredi 13 décembre, les élus ont voté le dossier de réalisation de la Zac (zone d’aménagement concerté) qui sortira de terre sur la rive sud de la Loire d’ici 2030. Il prévoit 316 000 m² de constructions : 68 % pour les logements (dont 30 % de sociaux et 25 % à prix abordable), 29 % pour les activités de commerce, bureaux, associations et 3 % pour les équipements publics de proximité. Pour ces derniers, un terrain est d’ores et déjà réservé à Rezé. Et à Nantes-Sud, les études sont lancées pour doter le quartier d’une troisième école. Tous les boulevards, rues secondaires et venelles existants à Pirmil et Basse-Ile seront par ailleurs requalifiés. Pour répondre aux enjeux climatiques, le projet vise une réduction drastique des émissions de carbone. Une réflexion collective est lancée avec tous les professionnels de la construction (architectes, bureaux d’études, entreprises du BTP, etc.) afin de trouver les solutions écologiques les plus performantes. L’équipe de l’urbaniste Frédéric Bonnet compte renaturer fortement le site, avec la création d’un parc de 7,5 hectares le long des berges sud. Maillé d’espaces paysagers et de prairies en pente douce vers la Loire, il intégrera des systèmes de noues et de chenaux pour réguler les rejets d’eau à marée haute. Dès 2020, la cale des chantiers Aubin sera la première zone rendue à la nature et aux promeneurs. L’aménagement des espaces publics débutera en 2021 et les premières constructions entre 2022 et 2024.

Le nouveau visage de Pirmil - Les Isles se précise
eaucm800.jpg

Le prix de l’eau n’augmentera pas en 2020

Le conseil métropolitain a adopté une délibération fixant le prix de l’eau en 2020. Celui-ci n’évoluera pas, et s’établira à 3,49 euro le mètre cube, sur la base d’une facture de 120 mètres cubes d’eau et d’assainissement. 

Par ailleurs, Nantes Métropole prolonge son dispositif de tarification sociale de l’eau. Expérimenté depuis 2016, il a pour objectif d’apporter une aide aux ménages précaires en allégeant leur facture d’eau. Depuis 4 ans, Nantes Métropole a consacré 1,5 M€ à ce dispositif. 6361 foyers de la métropole ont été aidés, pour un montant moyen annuel de 64€.

Assainissement : de nouveaux dispositifs d’aide à destination des propriétaires pour les travaux de mise en conformité

Dès le 1er janvier 2020, de nouvelles aides financières seront proposés aux propriétaires dont l’assainissement nécessite des travaux de mise en conformité, qu’ils soient raccordés à l’assainissement collectif (comme c’est le cas de près de 97% des abonnés) ou non collectif.

Pour les premiers, la participation financière pourra atteindre 50% du coût des travaux, pour un montant plafonné à 3200 euros TTC par logement. Une aide supplémentaire de 15% pourra être accordée aux propriétaires (mais aussi aux “assimilés domestiques”, comme les restaurants) répondant aux critères du plafond de ressources de l’Agence nationale de l’habitat (Anah). Quant aux propriétaires raccordés à l’assainissement non collectif, ils pourront bénéficier d’une participation financière de 15% ou de 50 % selon l’impact sanitaire des travaux à réaliser, sur un montant maximal plafonné à 8000 euros HT.

Ces dispositifs sont institués pour une durée de 2 ans. A noter qu’une “pénalité incitative à la mise en conformité” pourra être appliquée si les travaux de mise en conformité ne sont pas réalisés dans les délais fixés par Nantes Métropole.

garevelocm800.jpg

La nouvelle gare fera une large place au vélo

À l’horizon 2021, tout l’espace compris entre la gare nord et le parking silo sera dédié au vélo. L’élément le plus remarquable en sera un vaste abri-vélo doté d’un toit végétalisé. Il pourra accueillir dans un premier temps 338 vélos et 22 vélos cargos, avec possibilité d’un 2e niveau portant sa capacité à près de 700 vélos. La consultation des entreprises pour sa réalisation est en cours, mais les élus ont d’ores et déjà approuvé l’attribution par procédure négociée de deux lots de travaux très spécifiques (éclairage public et végétalisation). Investissement : 380 401 €.

L’abri-vélo ne sera pas le seul équipement destiné à faciliter ce mode de déplacement. 200 appuis-vélos sont en cours d’installation sur la promenade, une station Bicloo de 40 places et un service de gonflage et réparation sont prévus sur la placette. Enfin, un parking d’environ 30 places sera dédié aux deux-roues motorisés.