2019-06-28T10:08:11Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/services-administratifs/Conseil%20communautaire/CM28062019/Tri%20plastique675.jpg

Actualités Publié le 28 juin 2019

Les consignes de tri du plastique simplifiées

Tous les emballages plastiques dans le sac ou bac jaune, c’est la nouvelle consigne qui sera testée en juillet à Orvault et Carquefou, et généralisée à plus de 300 000 habitants de la métropole à l’automne. Objectif : réduire les déchets et améliorer le tri.

Tri plastique800.jpg

Pot de yaourt à la main, au moment de débarrasser la table, c’est le dilemme quasi quotidien. Faut-il le déposer dans la poubelle bleue ou dans la poubelle jaune ? Dès cet automne, plus de la moitié des habitants de la Métropole n’auront plus à se poser cette question. Car les consignes de tri du plastique évoluent. En plus des bouteilles et flacons plastiques, les barquettes, films plastiques, et pots en plastique (comme ceux des maudits yaourts) seront désormais triés. Direction, donc, la poubelle jaune !

La Métropole anticipe ainsi 2022 qui verra les consignes de tri étendues au plan national. Mais un changement de cette ampleur prend du temps et pourrait nécessiter des ajustements des moyens de collecte. C’est pourquoi la Métropole a fait le choix d’un déploiement en trois temps.

Cette simplification va permettre de trier 4 kilos d’emballages supplémentaires par habitant, dont 2,5 kilos de plastique. De quoi rapprocher la Métropole de ses objectifs en matière de réduction des déchets. L’ambition de  la feuille de route transition énergétique est une diminution de 20% des déchets produits par habitant en 2040, et une valorisation de 65% en 2025 contre 45% aujourd’hui.

À noter

Bientôt un plan d’action biodéchets

Depuis plusieurs années, Nantes Métropole incite fortement au compostage des biodéchets. En témoignent les 225 composteurs collectifs accessibles sur le territoire, les 49 écoles équipées de composteurs, et les aides réévaluées pour l’achat de composteurs (de 20 à 30€)  et lombricomposteurs  (de 20 à 40€).  Un démarche qui s’accélère. En novembre une expérimentation de collecte séparée sera menée dans un secteur du quartier Nantes Nord en partenariat avec la coopérative Compos’in Situ, afin de favoriser le compostage. Et la collecte des biodéchets dans les écoles avance elle aussi à Nantes, Orvault, Couëron, Rezé ou encore Saint-Sébastien-sur-Loire.

Transition énergétique, forêts urbaines : l’essentiel du conseil métropolitain