2020-02-21T09:27:03Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/chronographe/chronographevis675.jpg

Actualités Publié le 21 février 2020

Au Chronographe : « Archéolabo », les ficelles des archéologues

Le Chronographe a rouvert ses portes le 15 février avec une nouvelle exposition temporaire, qui dévoile les dessous de l’archéologie. Visite express.

Cécile de Collasson, responsable du Chronographe : « Une expo-atelier pour comprendre les métiers de l’archéologie ».
Cécile de Collasson, responsable du Chronographe : « Une expo-atelier pour comprendre les métiers de l’archéologie ».

Des loupes binoculaires, un truelle, des tamis, des tessons de céramiques… Le sous-sol du Chronographe à Rezé a pris des allures de  laboratoire avec « Archéolabo ». L’idée de cette nouvelle exposition temporaire, présentée jusqu’au 26 avril ? « Parler de la chaîne des métiers de l’archéologie, de la fouille aux analyses en laboratoire, permettre à tous de se mettre dans la peau de l’archéologue », explique Cécile de Collasson, la responsable du Chronographe.

Si l’expérimentation, la pratique est très présente et ravira le jeune public, panneaux et projections audiovisuelles donnent aux plus grands les fondamentaux de la discipline, et offrent une ouverture sur l’archéologie telle qu’elle se pratique aujourd’hui. « Ce n’est pas forcément ce qu’on imagine : aujourd’hui, les scientifiques travaillent beaucoup sur des morceaux de coquillages, des graines…. » Ce qui explique que trois spécialités soient plus particulièrement présentées : l’anthropologie, l’archéozoologie (étude des vestiges d'origine animale), l’archéobotanique (vestiges d'origine végétale).

« Le site de Saint-Lupien, où est implanté le Chronographe, a été pionnier dans ce type d’analyses, les études environnementales, souligne la responsable. Par exemple, grâce à l’étude des ossements retrouvés ici, on a une très bonne connaissance de ce qu’était l’alimentation sur le port de Ratiatum. À partir de fragments d’insectes, on a pu conclure que du blé était stocké sur les quais. »

En fin de parcours, le visiteur découvrira les dernières avancées archéologiques locales, grâce à une série de reportages sur les opérations menées par la mission Archéologie de Nantes Métropole : couvent des Cordeliers, square Fleuriot-de-Langle, place Félix-Fournier, rue d’Auvours et dans le quartier Mellinet. Un bon complément à l’exposition permanente, au rez-de-chaussée, qui évoque le site de Saint-Lupien.

À noter

Des rendez-vous autour de l’exposition

"Des ateliers en famille" et "Rencontres" ont été mis en place pendant toute la durée de l’exposition « Archéolabo »:

  • Dimanche en famille (à partir de 8 ans) : « C’est quoi l’archéologie » dimanche 8 mars, à 15h et 16h30 ; « C’est quoi l’archéozoologie » dimanche 12 avril à 15h et 16h30.
  • Rencontres avec les archéologues de Nantes Métropole : dimanche 1er mars de 15h à 17h, dimanche 5 avril de 15h à 17h (sur l’enceinte médiévale de Nantes).