2020-12-16T15:31:17Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/sports/armel%20tripon/itwmanuard675.jpg

Actualités Publié le 16 décembre 2020

Pourquoi L’Occitane en Provence est un voilier à part

Fruit de l’imagination de l’architecte Sam Manuard et fabriqué au chantier Black Pepper dans le Bas-Chantenay, le bateau d’Armel Tripon pour le Vendée Globe embarque une technologie avant-gardiste.

Il a touché l’eau pour la première fois début 2020, à Nantes. Dix mois plus tard, il s’élance pour le mythique Vendée Globe, barré par Armel Tripon. L’Imoca L’Occitane en Provence, imaginé par l’architecte Sam Manuard et construit au chantier Black Pepper à Chantenay, est un condensé d’innovations. « Même pour les personnes qui ne sont pas expertes, elles notent assez vite que le bateau est différent ! On le constate sur les pontons », témoigne l’architecte et navigant de 49 ans, qui a été en concurrence avec Armel Tripon sur le circuit Minitransat en 2001.

« On reprend le principe des skis de poudreuse »

Long d’un peu plus de 18 mètres, large de 5,5 mètres pour un poids de 7,8 tonnes, L’Occitane en Provence ne ressemble pas à ses pairs. Son étrave et ses foils surélevés lui assurent un design singulier. « La principale innovation de ce voilier est sa carène de scow, explique Sam Manuard. C’est une carène assez volumineuse dans sa partie avant mais aussi très spatulée. On reprend un peu le principe des skis de poudreuse : l’avant du ski est spatulé de manière à ne pas s’enfoncer dans la poudre mais remonter en surface. Ensuite, dans cet Imoca, la forme des foils, situés plus haut sur la coque, permet de chercher l’appui davantage vers l’extérieur du bateau. Ça offre la possibilité d’avoir un meilleur redressement. »

Concrètement, on espère que le bateau soit moins exigeant pour le skipper dans le but d’avoir des performances moyennes qui restent élevées pendant les deux mois et demi du Vendée Globe. 

Sam Manuard, concepteur de L’Occitane en Provence.

Avec ses 44 000 kilomètres de course en solitaire et sans assistance, le Vendée Globe – surnommé « l’Everest des mers » – est une véritable bataille contre les éléments pour le skipper mais aussi le bateau. Chaque année, les constructeurs réalisent des prouesses technologiques. « Black Pepper a été à la hauteur pour construire ce voilier qui est aujourd’hui l’un des plus performants de la flotte », conclut Sam Manuard.

Informations et suivi de course sur vendeeglobe.org

Des innovations « made in Nantes »

L’IRT Jules Verne et l’Université de Nantes accompagnent Armel Tripon dans son périple autour du monde. Tour d’horizon de quelques innovations développées pour l’occasion :

  • Un siège qui s’adapte parfaitement à la morphologie et aux mouvements du skipper. Développé par l'IRT Jules Verne, il intègre des fibres de carbone biosourcées.
  • LuciEole, une application pour une assistance à la performance. Celle-ci communiquera des indicateurs au marin sur son état de lucidité pour prévenir les troubles hallucinatoires, fréquents dans les courses au large de ce type.
  • « Analyse du cycle de vie », démarche réalisée entre octobre 2020 et février 2021 par des chercheurs et des étudiants en Master permettant de mesurer et mieux comprendre l’impact environnemental d’un projet de course à la voile.

Ça peut vous intéresser