2021-01-13T14:47:15Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/logement-urbanisme/aides%20coronavirus/aidelogement675.jpg

Actualités Publié le 13 janvier 2021

Le dispositif d’aide au loyer relancé en 2021

Lancé en 2020 pour faire face à la crise du Covid-19, le dispositif métropolitain d'aide au paiement des loyers est relancé en 2021. Il s’ajoute à d’autres solutions proposées aux ménages en difficulté.

1 702 aides ont été accordées en 2020.
1 702 aides ont été accordées en 2020.

Avril 2020. Au cœur de la crise du Covid-19, Nantes Métropole, le Département de Loire-Atlantique et la CARENE investissent près de 2,1 millions d’euros dans un dispositif d’aide au paiement des loyers. L’objectif ? Donner un coup de pouce aux locataires en difficulté… qu’ils résident en HLM ou en habitat privé. Avec la crise sanitaire et le confinement, de nombreux ménages en situation de précarité voient en effet leurs revenus et leurs conditions de vie se dégrader. Au total, plus de 1 700 aides d’un montant moyen de 714 € sont accordées. Alors que la crise sanitaire continue, le dispositif est reconduit cette année jusqu’en avril 2021. Les trois collectivités, ainsi que les acteurs du logement en Loire-Atlantique ont en effet réinvesti 577 400 € supplémentaires dans ce dispositif.

Auprès de qui faire la demande ?

Pour faire une demande d’aide au paiement du loyer, les locataires en HLM doivent contacter leur bailleur social qui étudiera leur dossier et les pièces justificatives. De leur côté, les personnes locataires d’un habitat privé devront appeler le numéro vert  0800 711 044  ou contacter par mail aideauloyer@adil44.fr. En fonction de leurs situations et de leurs revenus, les locataires seront alors redirigés vers le FSL (Fonds de solidarité logement) ou l’ALS (Action logement service).

Quels sont les critères d'éligibilité ?

Des aides financières pour les ménages en difficulté

Hausse du prix des loyers, fins de mois difficiles, dépenses imprévues, revenus irréguliers… pour de nombreux ménages, il n’est pas facile de se maintenir voire même d’accéder à un logement décent. C’est pourquoi le FSL (Fonds de Solidarité Logement) a été déployé à l’échelle de la métropole depuis plusieurs années. Il permet par exemple d’avancer un dépôt de garantie, des frais d’agence et un premier mois de loyer lorsque l’on souhaite accéder à un logement.

Il peut aussi être sollicité pour obtenir une aide au loyer ou recouvrir des impayés de loyers, afin d’éviter de contracter des dettes de loyer. Enfin, il permet également de payer ou réduire ses factures voire même de remplacer un vieil appareil énergivore (réfrigérateur, four). Les aides du FSL s’adressent aux locataires, sous-locataires des parcs privés ou publics, sous conditions de ressources.

Plus d’infos

Des visites énergie pour réduire ses factures

Des robinets aux ampoules, en passant par l’âge des appareils électroniques ou l’isolation des murs… Chaque composant d’un logement peut impacter significativement la facture d’énergie, alors qu’il existe de nombreuses solutions pour réduire ses dépenses. C’est pourquoi les professionnels du service local pour la maîtrise de l’énergie proposent de réaliser des visites énergies gratuites chez les ménages en situation de précarité.

Ces visites d’1h30 peuvent être sollicitées par tout habitant de la métropole, qu’il soit propriétaire ou locataire et sont réalisées par l’ANADOM (ex ANAF). Le diagnostic prend en compte le mode de vie et les pratiques, identifie les postes de consommation les plus énergivores, relève les dysfonctionnements du bâti... Plusieurs petits équipements d’économie d’énergie, comme des réducteurs de débits d’eau, des ampoules LED ou des bas de portes peuvent également être installés.

Pour se sensibiliser à l’économie d’énergie, il est également possible de visiter l’éco-appart, à Bellevue, sur rendez-vous. Il s’agit d’un appartement témoin qui présente de nombreuses solutions pour réduire ses factures.

Permettre l’accès ou le maintient dans le logement et lutter contre la précarité énergétique font partie des engagements de Nantes Métropole en matière de solidarité.

Martine Oger, Maire de Thouaré-sur-Loire.

Chiffres clés

En 2020 :

  • 1 M€ investi par Nantes Métropole
  • 1 M€ investi par le Département de Loire Atlantique
  • 150 000 € investis par la CARENE – Saint-Nazaire Agglomération
  • 1,3 M€ du montant de l’aide a été utilisé
  • 80 000 € investis par la Caf
  • 1 702 aides accordées.
  • 714 € : montant moyen de l’aide.

En 2021 :

  • 577 400€ sont rajoutés par la Caf (70 %) et Nantes Métropole (30%).

Les acteurs du logement à Nantes

Le bailleur Nantes Métropole Habitat a annoncé un fonds d’aide de 200 000€ pour les locataires en difficulté. A ses côtés, les acteurs du logements se mobilisent.

  • Nantes Métropole et les communes
  • Le Département de Loire-Atlantique
  • La Caisse d’Allocations Familiales de Loire-Atlantique (CAF 44)
  • La Maison de l’habitant de Nantes Métropole pilotée par l’Agence d’information sur le logement ADIL 44.
  • L’Union social pour l’habitat des Pays-de-la-Loire (USH)
  • Aiguillon constructions
  • Atlantique habitations
  • CDC Habitat social
  • CIF coopérative
  • CISN Résidences locatives
  • Gambetta
  • Habitat 44
  • Harmonie Habitat
  • ICF Atlantique
  • La Nantaise d’Habitations
  • LogiOuest
  • Nantes Métropole Habitat (NMH)
  • Podeliha
  • Silène
  • Vilogia.

 

Ça peut vous intéresser