2021-06-03T17:48:59Z https://metropole.nantes.fr/files/images/egalite-discriminations/egalite/nosig675.jpg

Actualités Publié le 03 juin 2021

Mois des fiertés : « lutter pour être visible, pas pour être une cible »

Le mois de juin est dédié à la visibilité des personnes lesbiennes, gays, bis, transgenres, queers, intersexes et plus. Si la marche des fiertés, sous sa forme traditionnelle, est annulée pour la deuxième année consécutive en raison de la crise sanitaire, le centre LGBTQI+ de Nantes reste mobilisé et programme une série d’actions. Rencontre avec l’équipe de NOSIG (Nos orientations sexuelles et identités de genre). 

Texte alternatif de l'image
Les bénévoles de NOSIG posent avec l’affiche de la Pride 2021. Crédit photo : Patrick Garçon

Quelles sont les missions de NOSIG ?

« NOSIG est une association portée par des personnes LGBTQI+ pour les personnes LGBTQI+. Le centre fédère une dizaine d’associations. Nous soutenons les personnes dans leurs différents parcours : parentalité, transition de genre, demande d’asile, santé… Nous accompagnons actuellement plus d’une centaine de demandeurs d’asile venant de pays où l’homosexualité et la transidentité sont réprimées par l’emprisonnement ou la peine de mort. Notre rôle est aussi de sensibiliser sur les discriminations avec des interventions dans les établissements scolaires, les entreprises mais aussi les structures pénitentiaires. Nous luttons pour faire respecter nos droits et en obtenir de nouveaux afin que toutes les personnes de la communauté puissent exister dignement dans leur orientation sexuelle, leur identité de genre et leurs corps. »

Quel a été l’impact de la crise sanitaire sur la situation des personnes LGBTQI+ et les activités du centre ?

« Le rapport annuel de SOS Homophobie montre une baisse des agressions dans l’espace public en raison des confinements mais une hausse des violences intrafamiliales. Des jeunes se sont retrouvés à huis clos dans des milieux homophobes et transphobes. Le premier confinement a toutefois été profitable à certaines personnes qui ont pris le temps de l’introspection, nous avons reçu de nombreuses demandes sur les parcours de transition. La situation des demandeurs d’asile s’est dégradée pendant la crise sanitaire avec un durcissement dans les décisions d’accorder l’asile aux personnes LGBTQI+. Nous sommes très inquiets, ces personnes risquent la mort en cas de retour dans leurs pays. La crise nous a obligés à repenser notre fonctionnement et c’est positif. "Les conviviales", des temps d’échanges organisés historiquement dans nos locaux, ont été déclinées aux terrasses des bars puis en visioconférence. Nous avons perdu du monde mais nous avons aussi vu arriver de nouvelles personnes éloignées de Nantes ou qui ne se sentaient pas assez à l’aise pour venir au centre. Nous allons donc reprendre "Les conviviales" en présentiel et conserver la visio. »

Compte tenu du contexte sanitaire, quelle forme prendra la mobilisation cette année ?

« Cette année, notre slogan est : "Lutter pour être visible, pas pour être une cible" et cette campagne est soutenue par la Ville de Nantes. Dans un souci de visibilité, nous renouvelons également l’opération Pride aux balcons du 5 au 20 juin. Les Nantaises et les Nantais sont invités à afficher des drapeaux arc-en-ciel, transgenres, non-binaires et/ou intersexes pour montrer leur soutien à la communauté LGBTQI+. Les commerçants jouent également le jeu. Cette opération, née pendant la crise sanitaire, sera pérennisée. Nous allons également déployer des stands d’information les 5, 12 et 19 juin dans le respect des règles sanitaires. Les médiathèques Jacques-Demy et Luce-Courville s’associent à nos actions en proposant plusieurs événements tout au long du mois de juin. »

Quelles sont, aujourd’hui, les revendications de la communauté LGBTQI+ ?

« La procréation médicalement assistée (PMA), promise depuis très longtemps, n’est toujours pas entérinée. En attendant, les couples de femmes et les femmes célibataires doivent s’engager dans des parcours longs et coûteux à l’étranger. Des personnes attendent cette loi depuis des années et pour certains, il sera bientôt trop tard pour accéder à la parentalité. Nous demandons une reconnaissance de la diversité de nos familles. Les citoyens LGBTQI+ doivent avoir les mêmes droits que les personnes cisgenres [ndlr : personnes non trans] et hétérosexuelles. Nous luttons contre les discriminations dans le milieu professionnel, trop de personnes ne peuvent toujours pas faire leur coming-out au travail. L’Éducation nationale doit pouvoir se mobiliser dans l'intégration des enfants transgenre. »

Se rendre à Nosig

NOSIG - Centre LGBTQI+ de Nantes
3 rue Dugast-Matifeux
44 000, Nantes
02 40 37 96 37 ou contact@nosig.fr
Page Facebook

Stands d'information

  • Samedi 5 juin, place Royale et place de l'Écluse.
  • Samedi 12 juin, place de l'Écluse.
  • Samedi 19 juin, place de l'Écluse et place du Change.
  • Si vous n’avez pas de drapeaux pour participer à Pride aux balcons, il est possible d’en acheter auprès du centre en suivant ce lien

Il sera possible de se renseigner, questionner, discuter, rencontrer des personnes investies dans les différentes associations membres ou partenaires du centre Nosig : AIDS, contact, DAVID ET JONATHAN, APGL, REBOO-T...