2021-12-09T16:24:04Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/egalite-sante-solidarite/maison%20femmes/maisonfemmeschambre675.jpg

Actualités Publié le 09 décembre 2021

Plan hivernal : renforcement des actions pour 2021

Comme tous les hivers, des solutions sont déployées pour mettre à l’abri les personnes sans-abris pendant les périodes de grand froid. Alors que le plan hivernal se renforce cette année, on fait le point avec Abbassia Hakem, adjointe aux solidarités et à l’inclusion sociale. 

Un exemple d'hébergement d'urgence à la Maison des femmes (©Patrick Garçon)
Un exemple d'hébergement d'urgence à la Maison des femmes (©Patrick Garçon)

Alors que l’hiver et ses températures basses approchent à grand pas, la Ville travaille en partenariat avec ses partenaires pour apporter des solutions aux personnes précaires et mettre à l’abri plus démunis : c’est le plan hivernal. Il est piloté par l’État. La Ville s’engage à ses côtés. Bien que les acteurs du territoire se mobilisent toute l’année aux côtés des personnes sans-abris, les moyens sont renforcés pendant l’hiver (entre le 1er novembre et le 31 mars) pour faire face à la chute des températures. Les équipes du 115 et du Samu social sont renforcées, des places supplémentaires en gîtes et en centre d’hébergement et de réinsertion sociale sont ouvertes. 5 places supplémentaires ont également été déployées au CHRS (Centre d’Hébergement et de réinsertion sociale) et au CNHR (Centre National d’Hébergement et de Réinsertion). 

Cet hiver, afin de renforcer le nombre de places d’accueil, un nouveau lieu temporaire va ouvrir dans l’ancien foyer des jeunes travailleurs, rue de Gigant, à partir de mi-décembre et jusqu’au mois de mars. « Ce centre d’hébergement répond aux besoins de mise à l'abri en urgence identifiés par les différents partenaires associatifs et institutionnels sur le territoire nantais », annonce Abbassia Hakem, adjointe aux solidarités et à l’inclusion sociale. « La Ville est à l'écoute des réalités du terrain et nos partenaires nous ont alerté du fait qu'il y avait plusieurs femmes seules ou avec enfants, à la rue ». Au total, près de 40 places seront disponibles pour accueillir ces femmes et leurs enfants. Une halte de nuit, toujours pour les femmes et les enfants, sera également mise en place pour un accueil au chaud. Ce projet est porté par l’État, qui y consacre une enveloppe de 110 000 € et est soutenu financièrement par la Ville de Nantes à hauteur de 60 000 €. Il sera animé par l’association Les Eaux Vives. « Ces femmes pourront rester plusieurs mois à l’abri et seront accompagnés par différents travailleurs sociaux pour accéder à leurs droits et stabiliser leur situation » précise Abbassia Hakem.

Une mobilisation tout au long de l’année

Tout au long de l’année, pour prendre soin de soi et souffler autour d’un café ou d’un plat chaud, les personnes sans-abris peuvent se rendre à l’espace Agnès Varda qui regroupe les bains-douches municipaux et le restaurant social, rue Pierre Landais. Plus d'une centaine personnes sont accueillies dans l’ancienne auberge de jeunesse, en supplément du CNHR (124 places) et CHRS (99 places plus 5 places d'urgence).

Pour faire une demande d’hébergement ou mettre quelqu’un à l’abri, appelez le 115. Pour connaître les endroits où obtenir une aide alimentaire, cliquez ici.

En 2022 : des assises pour réinventer la solidarité

Environ 300 000 sans-abris en France, près de 7 441 dans la métropole... L’importance du sans-abrisme et de la pauvreté a été mise en lumière par la crise du Covid. « Heureusement, à Nantes, nous pouvons travailler avec un tissu associatif solide, dynamique et engagé. La Ville essaye d’être la plus réactive possible pour apporter des solutions », continue Abbassia Hakem. « Avec la crise, les difficultés se sont accrues et les besoins sont de plus en plus complexes et spécifiques. C’est pourquoi nous allons proposer à chacun de participer lors des assises des solidarités, en 2022. Cela permettra de réfléchir collectivement et de trouver des solutions plus agiles et efficaces pour les publics vulnérables. Deux objectifs guideront les échanges : améliorer les conditions de vie à Nantes et lutter contre l’isolement social. » Les Assises des solidarités démarreront en janvier 2022 et se concluront par un temps fort, en juin, rythmé par des conférences, des rencontres et des débats. Tout au long de la démarche, les citoyens et les personnes concernées par la précarité, seront invités à participer aux débats, en ligne ou en ateliers… « La lutte contre la précarité est un combat qu’il faut continuer de mener collectivement, au bénéfice des personnes les plus fragiles, » conclut Abbassia Hakem.