2021-08-09T10:32:47Z https://metropole.nantes.fr/files/images/solidarite/urgence-sociale/solidair-ete-675.jpg

Actualités Publié le 09 août 2021

Solidair’été : du réconfort pour les plus démunis

Soutenues par la Ville de Nantes, douze associations et leurs bénévoles tiennent un accueil de jour temporaire près du parc de la Moutonnerie pour répondre aux besoins de première nécessité des personnes en situation de précarité.

Texte alternatif de l'image
Un café, un sourire et du soutien : c'est la formule de Solidair'été (crédits : Céline Jacq)

Comme chaque matin depuis le 7 juillet, neuf bénévoles sont à l'œuvre dans la cour de la Maison d’accueil de jour de l’Anef-Ferrer pour assurer la préparation et la distribution des paniers-repas destinés aux sans abris et aux personnes en situation de très grande précarité. «Le but de cet accueil est de combler la baisse d’activité des associations nantaises d’accueil de jour et de distribution alimentaire en période estivale», explique Frédéric Ousrhir, agent du CCAS (centre communal d’action sociale).

Une douzaine d'associations mobilisées

En cuisine, Stéphane prépare les petits déjeuners. Cet ancien SDF, bénévole à l’association « Brin de Causette » depuis 30 ans, est à l’origine du dispositif Solidair'été. «En 2010, il n’y avait quasiment aucune structure pour les sans-abris à part le restaurant social Pierre-Landais, se souvient-il. J’ai eu l’idée de créer ce lieu de regroupement associatif permettant de mutualiser nos moyens». Onze ans plus tard, une douzaine d’associations et structures de l’aide sociale (Anef Ferrer, Un Brin de Causette, l’Ecoute de la rue, Le Carillon, La Croix Rouge Française, les Restos du cœur, l’ADRA, Les P’tits gilets, Et ma douche ?, Une vie sans faim, Hom’less, Les Eaux Vives) sont mobilisées à ses côtés. Une initiative saluée par Sonya, bénévole au sein de la division «Gens de la Rue» des «Restos du coeur». «Je viens ici depuis 2016, explique la trentenaire. C’est très enrichissant de se mélanger avec les bénévoles des autres associations. Ça permet de rencontrer et d'échanger avec d’autres personnes dans un autre cadre».

Une centaine de personnes par jour

Installés près des mange-debout, Victor, Marcel, Franck et Jean-Christophe savourent un café accompagné d’une viennoiserie. «Je viens tous les jours pour retrouver mes amis, confie Victor. L’ambiance est détendue, même s’il faut bien avouer qu’il y a des clans entre ceux qui boivent et ceux qui ne boivent pas». Pour Jean-Christophe, le lieu d'accueil offre «un moment de répit dans une longue journée». Greg, 47 ans, vit dans un container à Mellinet. Habitué de la première heure,  «il remercie le travail des bénévoles qui lui permettent de pouvoir s’assurer un vrai repas par jour».

«Une centaine de personnes fréquentent l’accueil de jour», détaille Frédéric Ousrhir, qui constate avec son équipe une augmentation des personnes de plus de 50 ans et du nombre de femmes. «Outre la distribution de colis alimentaires, notre rôle est d’apporter de la chaleur humaine et de rediriger les personnes qui ne connaissent pas leur droit vers des maisons d’accueil spécifiques».Rallongée à six semaines pour la deuxième année consécutive en raison de la crise sanitaire qui fragilise encore plus les personnes précaires, l’accueil est ouvert jusqu’au 24 août.

Infos pratiques

Solidair’été, ouvert jusqu'au 24 août du lundi au vendredi de 10h à 12h, sur le site de la MAJ au 2, rue Francisco-Ferrer, à Nantes.