2022-12-01T17:48:16Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/dechets-proprete-eau-energie/energies/chauffage-RTE-sobriete-22-800.jpg

Comment éviter les coupures d’électricité cet hiver ?

Actualités Publié le 01 décembre 2022

Déléguée de RTE pour la région Ouest, Carole Pitou-Agudo, explique pourquoi l’alimentation en électricité de la France est fragilisée cet hiver et quels sont les bons réflexes à adopter pour limiter les risques de coupures.

Pour limiter la consommation d'énergie, RTE conseille notamment aux habitants de baisser leur chauffage d'1°C © Rodolphe Delaroque
Pour limiter la consommation d'énergie, RTE conseille notamment aux habitants de baisser leur chauffage d'1°C © Rodolphe Delaroque

Pourquoi est-on confrontés à de potentielles difficultés d’approvisionnement d’électricité pour cet hiver ?

La situation actuelle est exceptionnelle. Elle est liée à la crise énergétique européenne et ses problèmes d’approvisionnement en gaz avec, plus particulièrement pour la France, une faible disponibilité du parc nucléaire par rapport aux années précédentes. Aujourd’hui, de nombreux réacteurs nucléaires sont à l’arrêt dans le cadre de leur programme de maintenance ou pour certains d’entre eux, suite à l’identification de défauts de corrosion.

Quelle est la probabilité qu’il y ait des coupures d’électricité cet hiver ?

Le risque de coupures d’électricité n’est pas totalement exclu cet hiver, que l’on a placé sous une vigilance renforcée. Cela dépend fortement du rythme de redémarrage des réacteurs nucléaires et des conditions météo que nous rencontrerons. Selon nos prévisions, les risques sont davantage concentrés sur le mois de janvier. Les efforts sur la consommation d’électricité vont jouer un rôle essentiel pour limiter le risque de coupures d’électricité ou en réduire l’impact. En effet, avec une forte mobilisation lors de l’émission de signaux rouge EcoWatt, une large partie des risques est évitable, même en cas d’hiver froid. Ainsi, dans le cas d’un hiver où les conditions météorologiques resteraient proches des normales de saison, le nombre de signaux serait inférieur à 5, et de l’ordre d’une dizaine en cas de cumul d’aléas. Il est important de préciser que ce risque ne porte que sur quelques pourcents de la consommation d’électricité : 1 à 5% dans la plupart des cas, et jusqu’à 15% dans les scénarios les plus défavorables.

Si ces coupures devaient être mises en œuvre, comment se passeraient-elles ?

Je souhaite d’abord préciser que les coupures d’électricité constituent la solution ultime en cas de déséquilibre entre production et consommation. Avant cela, nous avons des mesures dites de sauvegarde pour essayer de revenir à une situation normale : d’abord avec EcoWatt et l’appel à la mobilisation, puis le cas échéant, avec d’autres actions techniques (directement sur le réseau, ou via des dispositifs contractuels avec certains industriels). Si tout cela ne suffit pas, nous serons effectivement amenés à procéder à des coupures maitrisées, proportionnées et organisées par rotation. Ces coupures seront aussi temporaires (environ 2h, pour limiter l’impact sur les consommateurs concernés) et interviendront soit le matin entre 8h et 13h, soit le soir entre 18h et 20h.  En aucun cas, la France ne court un risque de « black-out », c’est-à-dire de perte de contrôle totale du système électrique. 

Que faire pour éviter ces coupures ?

RTE a lancé le dispositif Ecowatt, en partenariat avec l’ADEME. Véritable météo de l’électricité, EcoWatt indique aux consommateurs à quel moment ils doivent diminuer leur consommation d’électricité pour maintenir le bon approvisionnement de tous. Pour être informé en temps réel des tensions sur le réseau électrique, chacun peut s’abonner aux alertes sur le site MonEcowatt.fr ou télécharger l’application mobile. Le site présente aussi des éco-gestes à réaliser à la maison ou au travail, les jours de forte consommation, le matin entre 8h et 13h et le soir entre 18h et 20h. Parmi les gestes les plus impactants : baisser son chauffage de 1°, éteindre les lumières des pièces inoccupées ou encore, décaler l’usage des machines après 20h. Chaque geste compte et peut avoir un véritable impact ! Si tous les Français éteignent une ampoule, une économie de 600 MW est réalisée, soit la consommation électrique de la métropole de Nantes.

Et si des coupures devaient avoir lieu, que doit-on faire ?

Une information sera faite 3 jours avant un signal rouge pour alerter sur le risque de coupure d’électricité et appeler l’ensemble des Françaises et des Français à la mobilisation. La veille du signal rouge, en deuxième partie de journée, RTE en lien avec Enedis, sera en mesure de confirmer le risque de coupure, en indiquant les départements concernés. Un espace sera également accessible via le site monecowatt.fr pour savoir si vous faites partie des foyers potentiellement concernés, en saisissant votre adresse. Si ce n’est pas le cas, continuez les éco-gestes pour réduire le risque de coupures, ou du moins, en limiter la durée et le nombre de foyers concernés. L’équilibre entre production et consommation concerne en effet tout le territoire français. J’invite donc tous les habitantes et habitants de la métropole nantaise à s’inscrire sur le site monecowatt.fr pour recevoir les alertes et accéder aux informations sur les écogestes.