2023-07-05T18:07:51Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/logement-urbanisme/ecocentre%20ile%20de%20nantes/Ecocentre-ile-de-nantes-emprise.webp

Un écocentre pour recycler la terre des chantiers de l’île de Nantes

Actualités - Mis à jour le 05 juillet 2023

Installée sur l’ancien site ferroviaire, à l’ouest de l’île, cette plateforme traitera les déblais extraits lors des chantiers de construction pour leur offrir une seconde vie, et réduire l’empreinte carbone du projet urbain. Explications.

L’écocentre prendra place sur un site de 2,8 hectares, actuellement en friche au sud des Jardins de l’estuaire, à l’extrémité ouest de l’île de Nantes. © Farandol Création
L’écocentre prendra place sur un site de 2,8 hectares, actuellement en friche au sud des futurs Jardins de l’estuaire, à l’extrémité ouest de l’île de Nantes. © Farandol Création

Pourquoi un écocentre ?

Terre, gravats, béton, sables… Les chantiers de construction de l’île de Nantes produisent des grandes quantités de déblais. Le secteur sud-ouest de l’île, en pleine reconversion, concentre à lui seul plusieurs opérations d’ampleur :  construction du quartier République et des Jardins de l’Estuaire, nouveau CHU, futures lignes de tramway et de busway…  Conformément aux directives du ministère de la transition écologique, la Samoa optimise déjà depuis plusieurs années la gestion de ces déblais à l’échelle de chaque opération immobilière. Mais cette gestion isolée présente des limites : « Une part encore trop importante des déblais excavés est envoyée dans des centres de traitement, parfois à plus de 100 km, ce qui engendre des coûts mais aussi des flux d’engins avec des émissions de CO2 », explique la Samoa, société publique d’aménagement de l’île de Nantes. L’ampleur de la transformation du sud-ouest de l’île (80 hectares à aménager d’ici 2035) l’a décidée à développer « un modèle plus vertueux, sobre en carbone et moins dépendant des ressources non renouvelables ».

Concrètement, comment ça fonctionne ?

La plateforme prendra en charge les terres et autres déblais extraits lors des terrassements sur un site unique, directement sur l’île. Analysées, triées et nettoyées, les matières réceptionnées seront ensuite revalorisées, selon des procédés brevetés, pour obtenir des matériaux recyclés : béton concassé, cailloux, granulats, terres, sable, argile… À la fin du processus, ces matériaux pourront être réemployés en proximité sur les chantiers de l’île : sous-couche de voirie, nivellement des espaces publics, création de nouveaux espaces verts...

Quels intérêts en terme d’écologie ?

Stockage, tri, recyclage… Grâce à cet écocentre, tout se fera sur place, dans une logique d’économie circulaire, et en garantissant la traçabilité des matériaux recyclés. Ce site de traitement unique, en circuits courts, limitera les nuisances et les émissions de CO2 liées au transport des déblais entre leur lieu d’excavation et l’endroit où ils sont habituellement traités. Il réduira la consommation de terres cultivables ainsi que le ballet des camions, et donc l’encombrement des voies de circulation et la pollution de l’air. La valorisation des déblais permettra, enfin, de réemployer au maximum les ressource existantes, ce qui limitera les besoins en nouveaux matériaux, dont la fabrication génère d’importantes émissions de carbone. L’objectif est de recycler 85 % des terres et des déblais, et ainsi d’économiser 30 % de carbone par rapport à une évacuation classique hors de l’île.

Où sera installé l’écocentre ? Quand entrera-t-il en service ?

La plateforme, dont la gestion a été confiée à l’entreprise Brézillon, spécialisée en environnement et génie écologique, prendra place sur un site de 2,8 hectares, actuellement en friche au sud des futurs Jardins de l’estuaire, à l’extrémité ouest de l’île de Nantes. Son installation débutera à l’automne 2023 et n’impactera pas le projet des jardins qui seront aménagés, comme prévu, par phases entre 2024 et 2027. Le site est ensuite destiné à être urbanisé au-delà de 2035, date de la fin d’exploitation prévue de l’écocentre, comme indiqué dans le plan d’intentions du projet urbain adopté début 2017 et présenté publiquement au Hangar 32.

Provoquera-t-il des nuisances ?

Prévu pour être en activité pendant 12 ans, de 2024 à 2035, le site a été conçu pour s’intégrer au mieux dans le paysage et limiter son impact sur la qualité de vie des riverains : nettoyage systématique des roues des camions, brumisation, mise en place de murs de protection acoustique… Ceinturé par une clôture paysagère, il sera équipé de capteurs intelligents qui contrôleront en continu le niveau sonore et la qualité de l’air (particules et poussières). En cas de dépassement des seuils autorisés, des mesures compensatoires seront mises en œuvre : captation des gaz, bâchage des tas émissifs, brumisation supplémentaire… Afin de renforcer la certitude d’une absence de danger sur le quartier, un expert indépendant sera désigné et assurera un suivi spécifique des mesures de protection.

Quelle est la nature des matériaux entreposés ? Sont-ils dangereux ? Comment a été choisi le site ? Comment fonctionnera l’exploitation ?, etc. Pour obtenir toutes les réponses sur cet écocentre, consultez la foire aux questions, accessible en ligne sur le site de l’île de Nantes.

En savoir plus

Une adresse mail spécifique a été créée pour répondre aux interrogations du public : ecocentre@samoa-nantes.fr