2022-01-24T15:43:40Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/HipOpsession/hip%20opsession675.jpg

Actualités Publié le 24 janvier 2022

Hip Opsession revient nous faire danser

Annulée en 2021 pour cause de crise sanitaire, l’édition danse du festival organisé par Pick Up Production fait son retour du 3 au 20 février. Au château ou dans les médiathèques, les esthétiques hip hop investissent tous les espaces de la métropole. Tour d’horizon de cette nouvelle édition. 

L’association Labstrus investit le Centre chorégraphique national de Nantes dimanche 13 février avec un battle Corps accord. © Jérémy Jéhanin
L’association Labstrus investit le Centre chorégraphique national de Nantes dimanche 13 février avec un battle Corps accord. © Jérémy Jéhanin

Le hip hop au château 

Le théâtre Francine Vasse, le TNT, l’Odyssée à Orvault, la médiathèque Diderot à Rezé… La scène hip hop investit tous les espaces de la métropole. Même les plus institutionnels ! Le teaser du festival a été tourné au Musée d’arts de Nantes avec The Rookies et le collectif donne rendez-vous aux Nantais le samedi 12 février au château pour une nocturne. « Quand je m’entraînais plus jeune à Malakoff, je n’aurais jamais pensé faire une prestation au château un jour mais la danse fait partie des arts qui peuvent prendre possession de n’importe quel espace, souligne Tony, membre du collectif. Nous allons transmettre notre art au public à travers nos individualités. Il y aura du deejaying, du rap, du tatouage et du chant avec l’intervention de nombreux artistes. »  

Illustrer la diversité des esthétiques 

« La culture hip hop se base sur la réappropriation et la transformation, elle a notamment emprunté des codes aux danses traditionnelles africaines et aujourd’hui la création contemporaine pioche dans certains codes du hip hop, précise Pierrick Vially. Nous voulons être les témoins de cette pluralité. » Illustration avec le spectacle Candide 1.6 de Gabriel Um joué le vendredi 4 février à l’espace culturel Cap Nort de Nort-sur-Erdre. « Je suis né avec les danses traditionnelles d’Afrique de l’ouest avant d’arriver au hip hop en France, il y a une diversité d’esthétiques. » Autres propositions :  Jedeya de Sofian Jouini, « riche d’une écriture aux codes contemporains », le mercredi 16 février au CCN et la pièce Queen blood d’Ousmane Sy, « écrite à partir des codes de la culture house music et house dance », le jeudi 17 à l’espace culturel Capellia de La Chapelle-sur-Erdre. 

Un festival toujours plus accessible 

Pick Up Production travaille depuis plusieurs années à l'accessibilité de ses événements pour les publics en situation de handicap. Des dispositifs vibrants BassMe seront mis à disposition. Et pour la première fois, Hip Opsession propose un atelier de danse animé par deux danseuses sourdes. En complément de cet atelier, le groupe viendra rencontrer les acteurs du festival et visiter le lieu unique. 

Programmation complète sur hipopsession.com