2019-04-18T09:16:48Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/branchet/collection-branchet-nantes-675.jpg

Actualités Publié le 18 avril 2019

Jean et Jeannette Branchet, l’amour de l’art en partage

De 1975 à 2000, ils ont fait vivre la galerie nantaise Convergence. Une partie de leur collection personnelle est exposée jusqu’au 26 mai à l’Atelier. À ne pas manquer.

Jean et Jeannette Branchet
Jean et Jeannette Branchet à l’Atelier.

Le sculpteur Gérard Voisin, qui a occupé les lieux, est présent avec deux de ses statues aux courbes organiques. Mais ce sont pas moins d’une centaine d’artistes qui le côtoient à l’Atelier, le temps d’une exposition exceptionnelle. Victor Vasarely, James Guitet, Jorj Morin, Alain Le Bras, Louis Ferrand, Eva Lallement, Thibaud Guilet, Ekkehardt Rautenstrauch… autant de figures locales, nationales et internationales, représentatives des courants et évolutions de l’art de la seconde moitié du XXe siècle. « Il faut être reconnaissant à Jean et Jeannette de rendre publique ce qui est peut-être la plus belle collection privée de Nantes », souligne Vincent Rousseau, ancien conservateur au Musée d’arts.

La présence du couple à Nantes n’avait rien d’évident. Elle a grandi dans un village ardéchois ; lui est originaire de Toulouse. Ils se sont rencontrés à Paris et sont arrivés dans la cité des ducs à la faveur d’une opportunité professionnelle. « Jean a été sollicité pour travailler à la Biscuiterie nantaise, se souvient son épouse. On a débarqué le 14 juillet 1968, on a découvert le jardin des Plantes, les parcs, le calme, ça nous a plu... ». Tous deux passionnés par l’art, ils fréquentent les galeries nantaises de l’époque – Michel Columb, Argos. Jean devient administrateur de la société des Amis du musée ; lui-même artiste à ses heures, il préside le groupe Archipel regroupant des peintres locaux.

« L’art, c’était un besoin »

La suite paraît presque logique : « Quand nos enfants ont été assez grands, on a pensé qu’il y avait une place à Nantes pour une nouvelle galerie d’art. Je voulais absolument travailler dans ce milieu, c’était un besoin », sourit Jeannette. Convergence ouvre en 1975, rue Jean-Jaurès... ancienne rue des Arts ! Pendant que l’une fait vivre la galerie, l’autre prend les rendez-vous. « On a toujours été d’accord sur nos choix », note Jean, qui a comptabilisé 250 artistes en 25 ans de carrière, à raison de « huit expositions en moyenne par an, collectives ou personnelles. »

C’est au fil de ses rencontres que le couple Branchet a constitué sa collection : « Ce sont nos coups de cœur, des œuvres que l’on voulait garder. C’est comme partir en vacances et garder un souvenir. » Au final, un ensemble très éclectique de peintures et sculptures, où les tenants de l’abstraction voisinent avec des figuratifs, des artistes naïfs avec des expressionnistes ou des minimalistes. La collection a été montrée à quelques rares occasions, notamment en 1988 dans le bâtiment qui a accueilli la Cantine numérique, quartier des Olivettes.

Si la galerie Convergence a fermé en 2000, Jean et Jeannette Branchet conservent intacte leur passion pour l’art de l’époque. Même si leur regard est un peu « catastrophé » : « On a vu arriver l’argent, la spéculation, vers 1994-95. Aujourd’hui, c’est la honte : d’un côté, il y a le domaine de l’art, et de l’autre le marché de l’art. »

À noter

Collection Jean et Jeannette Branchet, exposition du 19 avril au 26 mai à l’Atelier, rue de Chateaubriand. Infos pratiques dans notre agenda