2019-03-20T10:12:56Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/Jean%20Verne/jean-verne-675.jpg

Actualités Publié le 20 mars 2019

Jean Verne, un autre regard sur Jules

L’arrière-petit-fils de l’écrivain nantais sera l’un des intervenants d’une table ronde au Muséum, organisée le 26 mars à l’occasion de la réédition des « Voyages extraordinaires ».

Jean Verne, arrière-petit-fils de l’écrivain nantais.
Jean Verne, arrière-petit-fils de l’écrivain nantais.

Il y a les célébrissimes « Vingt mille lieues sous les mers », « De la Terre à la Lune » et autres « Cinq semaines en ballon ». Et les moins connus, comme « Mistress Branican », dont l’héroïne est une femme, ou « Les Tribulations d’un Chinois en Chine », adapté au cinéma. Les 62 « Voyages extraordinaires » de Jules Verne, publiés à partir de 1863, font l’objet d’une réédition par Le Monde. Au total 40 volumes, illustrés, dans une version inspirée de la collection originale Hetzel.

À Nantes, cet événement littéraire est l’occasion d’une conférence-débat sur les différentes facettes de l’œuvre de Jules Verne. Animée par François Angelier, journaliste au Monde des Livres, elle réunira Agnès Marcetteau, conservatrice du musée Jules-Verne, Céline Giton, commissaire de l’exposition « Héroïnes de la Modernité », Olivier Sauzereau, astronome et historien des sciences, et Dominique Simonneau, réalisatrice et exploratrice. Cinquième invité : Jean Verne, arrière-petit-fils de l’écrivain, auteur des textes de présentation de la réédition, et qui porte un regard bien à lui sur son célèbre aïeul.

Entre l’homme et son œuvre, le grand écart

« Je ne suis ni un universitaire, ni un chercheur, ni un fan, explique-t-il. Jules Verne vit avec moi et je vis avec lui depuis que je suis né, il fait partie de mon quotidien. » Le descendant de l’écrivain se dit « très admiratif, mais pas bluffé » par une œuvre qui a traversé un siècle et demi et compte des lecteurs dans le monde entier – « Jules Verne reste l’auteur français le plus traduit », rappelle Agnès Marcetteau. Les raisons de ce succès ? « Il fait partie des grands écrivains qui comme Shakespeare, explorent le caractère profond de l’être humain, répond Jean Verne. Il parle de sa destinée sur le long terme, comment il évolue dans son univers, quelle que soit l’époque... »

Mais ce qui reste le plus « extraordinaire » et « inexplicable » pour l’arrière-petit-fils de Jules Verne, c’est le grand écart entre l’œuvre et l’homme : « Il a eu la vie d’un personnage de Maupassant, banalissime. Il n’était pas charismatique, ne cherchait pas à s’imposer, il n’était pas mondain... C’était un homme très conservateur, plan-plan, alors que dans ses romans, c’est un révolutionnaire, un révolté ! » Autre trait de caractère relevé par Jean Verne chez son aïeul : son peu de goût pour la famille, qui explique selon lui ses relations complexes avec sa ville natale : « Nantes est fondatrice dans sa réflexion : les bateaux, le voyage, l’étranger… La ville lui a donné l’élan. Mais il n’y retournait pas parce qu’il replongeait dans son univers familial et pour lui, c’était étouffant. Ses relations avec son fils Michel ont toujours été tendues, sur ses trois petits-fils, il accrochait seulement mon père... Jules Verne était un solitaire. »

Pratique :