2021-11-17T11:19:37Z https://metropole.nantes.fr/files/images/environnement/nature/cours-eau/Charbonneau-675.jpg

6 ans pour restaurer la qualité de 3 affluents de l'Erdre

De 2021 à 2026, Nantes Métropole a un ambitieux programme de restauration de 3 cours d’eau de son territoire : le Cens, le Gesvre et le Charbonneau, tous trois affluents de l’Erdre. L'objectif est d'atteindre le bon état écologique, pour l’intérêt de toutes et tous.

Œuvrer pour une métropole nature se fait aussi par la qualité des cours d’eau et du milieu aquatique. C’est ce que fait Nantes Métropole au travers de son programme ambitieux de restauration des cours d’eau. De 2021 à 2026, des travaux vont être réalisés sur 3 affluents de l’Erdre, le Cens, le Gesvres et Le Charbonneau, pour un montant de 5,7 M€. Des travaux réalisés en partenariat avec l’Agence de l’eau Loire Bretagne, le département de Loire-Atlantique et la Région Pays de la Loire, et copilotés par Nantes Métropole et la communauté de commune Erdre et Gesvre pour le Cens et le Gesvre. Objectif de ces travaux : reconquérir le bon état écologique des cours d’eau.

3 cours d'eau, 3 cartes d'identité

Le Charbonneau
Le Charbonneau - 28 km de cours d'eau, des travaux prévus sur 7 km au total de 2021 à 2026 - Faune et flore naturellement présentes : le martin-pêcheur, le héron cendré, l'anguille, le brochet, la potentille des marais - Espèces invasives dénombrées : la myriophylle du Brésil, le ragondin, la renouée du Japon, l'égérie dense.
Le Gesvres
Le Gesvres - 214 km de cours d'eau (Gesvres et Cens) - Des travaux sur 2,7 km sur le ruisseau du Ménardais et le Gesvres (2021-2022) - Faune et flore naturellement présentes : la loutre, le martin-pêcheur, la truite fario, l'anguille, le brochet, la fritillaire pintade - Espèces invasives dénombrées : le ragondin, la renouée asiatique et la Jussie.
Le Cens
Le Cens - 214 km de cours d’eau (Gesvres et Cens) - Des travaux sur 3 km sur le Cens et le ruisseau des Fontenils pour 2021 - Faune et flore naturellement présentes : la loutre, le martin-pêcheur, la truite fario, l’anguille, le brochet, la fritillaire pintade - Espèces invasives dénombrées : le Ragondin, la Renouée asiatique et la Jussie.

Pourquoi ces travaux de restauration ?

Un cours d’eau est en recherche permanent d’équilibre. Il ne transporte pas que de l’eau, mais également des sédiments. Cet équilibre crée des habitats qui abritent des espèces naturelles. Au cours des siècles, les hommes et femmes ont modifié les cours d’eau en France pour les modeler à leurs besoins, liés à des usages du passé. Ces transformations peuvent aujourd’hui entraîner des déséquilibres pouvant nuire aux êtres humains : érosion des berges, crues, envasement de la rivière, réchauffement de l’eau, baisse des espèces vivantes, etc.
En fonction de chaque situation sur le cours d’eau, différents types de travaux sont possibles : restauration du lit, reprise du tracé d’origine, restauration de la végétation, aménagements agricoles (abreuvoirs…), contournements pour permettre aux poissons de circuler, restauration de zones humides, lutte contre les espèces invasives… Ces travaux permettent aussi de protéger l’écosystème, la faune et la flore, de favoriser le développement des espèces autochtones et ainsi de retrouver une qualité du milieu.

Les travaux nécessaires pour améliorer la qualité de l'eau

Restauration du lit mineur

Pour redonner au cours d'eau toute la dynamique et ses fonctionnalités, divers travaux seront engagés : apport de matériaux dans le fond du lit, diversification des habitats ou retour du ruisseau sur son tracé naturel.

Intervention sur les ouvrages hydrauliques

Pour rétablir la continuité hydraulique, piscicole et sédimentaire, ces ouvrages seront gérés, aménagés ou supprimés.

Restauration de zones humides

La restauration de ces espaces naturels répond à des motivations multiples : prévention des crues (zones de débordement), amélioration de la qualité de l'eau, biodiversité et équilibre pour certaines populations d'oiseaux, insectes et mammifères aquatiques.

Lutte contre les espèces invasives (animales et végétales)

Pour empêcher leur prolifération responsable de dégradation du milieu, des travaux de lutte contre ces espèces seront mis en oeuvre (piégeage, arrachage...).

Qu’est-ce qu’un cours d’eau en bonne santé ?

  • Le tracé du cours d’eau est généralement sinueux
  • avec une présence de pierres, cailloux, sable au fond du lit
  • on observe de la végétation sur la berge, appelée ripisylve (arbres, arbustes, etc.)
  • l’écoulement de l’eau est hétérogène, avec une alternance de zones profondes/peu profondes ou rapides/lentes
  • le ruisseau occupe naturellement son lit majeur lors de fortes pluies lors de crues ; cela fait partie intégrante du fonctionnement naturel d’un cours d’eau. On parle d’inondations en cas de crues, lorsque l’eau va au-delà du lit majeur.

Ça peut vous intéresser