2020-07-17T10:52:15Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/egalite-sante-solidarite/covid%20chu/recherche-675.jpg

Actualités Publié le 17 juillet 2020

8 nouveaux projets aidés par le Fonds innovation santé

Lancé pendant la crise par Nantes Métropole, le fonds innovation santé vise à appuyer les entreprises innovantes dans le domaine de la santé. Après Xenothera, 8 nouveaux projets bénéficiaires ont été annoncés.

Les 8 projets qui recevront l’aide du fonds de soutien innovation santé sont directement liés au Covid-19.
Les 8 projets qui recevront l’aide du fonds de soutien innovation santé sont directement liés au Covid-19.

C’était l’une des réponses de la Métropole face à l’épidémie de Covid-19. Le 21 avril dernier, Nantes Métropole lançait un fonds d’innovation santé destiné à aider les entreprises et laboratoires engagés dans des projets de recherche liés à la pandémie, mais aussi à la santé de façon plus globale. La société de biotechnologie nantaise Xenothera en a été la première bénéficiaire. Elle avait reçu une aide d’amorçage de 200 000 euros pour lancer les essais cliniques d’un médicament destinés aux patients du Covid-19. Ce médicament devrait permettre de contrer l’aggravation de la maladie et ainsi éviter aux malades d’être transféré en réanimation. Ces essais cliniques devrait s’achever en fin d’année 2020.
« Après Xenothera, le fonds que nous avons lancé face à l’urgence de la crise, va permettre de soutenir 8 nouveaux projets d’entreprises ou de laboratoires de recherche, sélectionnés parmi les 24 propositions reçues. Ce fonds illustre la dynamique de la filière santé de la métropole nantaise », précise Johanna Rolland, Maire de Nantes, Présidente de Nantes Métropole. Ensemble nous affrontons la crise sanitaire et notre mobilisation est sans faille pour accompagner celles et ceux qui luttent contre le Covid. »

Les 8 projets bénéficiaires

- PAPESCO19. Menée par le Dr Magali Brière à l’initiative de l’Institut de Cancérologie de l’Ouest à Saint-Herblain, cette étude sera conduite en collaboration avec 3 autres centres de lutte contre le cancer situés dans des régions où le virus circule de façon différente (Nancy, Clermont-Ferrand, Rouen). Objectif:  décrire l'impact du coronavirus chez les patients et le personnel de santé des Centres de lutte contre le Cancer.

- CORONADO. Cette étude menée avec près de 3000 patients par le laboratoire de Bertrand Cariou au CHU de Nantes  vise à définir les facteurs prédictifs des formes les plus graves du Covid-19 et et à établir des recommandations pour la prise en charge des patients diabétiques.

- ARGOS. Cette étude du laboratoire de Pierre-Antoine Gourraud, au CHU de Nantes, s’appuie sur des données issues de diverses sources (Santé Publique France, appels SOS Médecins, CHU de Nantes) dans le cadre de la prise en charge de patients Covid-19. Son but : prévoir l’évolution des prises en charge dans les établissements de santé grâce à un modèle prédictif d’aide au pilotage dans la période de déconfinement.

- DYNAMIC. Cette étude porte sur l’efficacité de la doxyclycline dans l’infection du Covid-19 pour traiter les patients dépistés dès les premiers symptômes chez leur médecin généraliste afin de limiter les hospitalisations. Elle est conduite par le laboratoire de Brigite Dréno au CHU de Nantes.

- Pré-CoVepiT. L’entreprise OSE Immunotherapeutics à Nantes travaille à l’élaboration d’un vaccin innovant du Covid-19 par peptides modifiés et sélectionnés par algorithmes d’intelligence artificielle.

- DIAGOFITINE. L'entreprise Affilogic, de Nantes travaille sur la conception et la réalisation d’un dispositif médical innovant pour réaliser des tests Covid-19 en temps réel. Deux autres entreprises nantaises (Ripple motion et 4MOD Technology) sont associées à ce projet.

- pOpmètre v4. L’entreprise Axelife, basée à Saint-Nicolas de Redon, travaille à l’amélioration de son dispositif médical pour le rendre plus efficient. Son objectif : détecter les patients les plus à risque et qui risquent de s’aggraver dans le Covid-19 à partir de la mesure de la vitesse de l'onde de pouls.

- Détection et orientation des patients les plus à risques face au Covid-19.
Cette étude de data science, menée par l’entreprise nantaise Bio Logbook, vise à définir les paramètres de biologie influencés par le virus et le pronostic de l’évolution de la maladie notamment pour améliorer la prise en charge et le suivi des patients.
 

Ça peut vous intéresser :