2022-03-24T09:44:31Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/economie-emploi/halle6%20675.jpg

Actualités Publié le 24 mars 2022

6 ambitions métropolitaines pour une économie plus responsable

Favoriser l’accès à l’emploi, créer une maison de l’Entreprise, accélérer les transitions… Au Conseil métropolitain du 24 mars, les élus ont présenté l'ambition économique métropolitaine des quatre prochaines années. L'objectif est d'allier performance et transition pour placer le territoire à la pointe du développement économique responsable. Décryptage. 

La Halle 6, sur l'île de Nantes ©Patrick Garçon
La Halle 6, sur l'île de Nantes ©Patrick Garçon

La Métropole s'est donnée pour objectif d'être à la pointe du développement économique responsable. Pour y parvenir, la Métropole va accompagner la création d'entreprises, favoriser l'emploi et continuer de dynamiser ses six filières d'excellence (l'économie maritime, le « manufacturing », la santé, l'alimentation, les industries numériques et les industries culturelles et créatives). 3.2 milliards d'euros seront investis au titre de la commande publique au cours du mandat. L'Économie Sociale et Solidaire (ESS) et la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) seront enfin fortement stimulées par la Collectivité qui aidera les entreprises à trouver des solutions répondant aux enjeux sociaux et économiques du XXIe siècle. Voici 6 ambitions clés parmi celles présentées. 

3,2 milliards d’euros d’investissement pour dynamiser l’économie

Faire travailler les entreprises locales et responsables sur des chantiers ambitieux : c’est la stratégie phare de la Métropole qui va investir 3,2 milliards d’euros entre 2022 et 2026. Au programme : modernisation de la Cité des Congrès, transfert de la gare de fret au Grand Blottereau, aménagement des voies réservées au covoiturage, amélioration du stade de la Beaujoire… Des travaux publics vont remodeler en profondeur le territoire. Charge à la Métropole de rester vigilante à l’équilibre coût/impact environnemental et social dans la mise en œuvre de ces travaux ! Mais elle souhaite que 80% de cette commande publique soit profitable aux TPE et PME du territoire. Dans le cadre des marchés publics, les clauses d'insertion professionnelle permettent chaque année l'embauche de 1 500 personnes éloignées de l'emploi.

Favoriser l’accès à l’emploi sur le territoire

Accompagner les personnes en recherche d’emploi à reprendre pied dans le monde du travail est un enjeu majeur. D’autant plus que de nombreux secteurs d’activités recrutent dans la métropole et dans la région. C’est pourquoi plusieurs dispositifs qui facilitent ces mises en relations existent sur le territoire et seront renforcés dans les années à venir. Parmi eux, des structures comme les huit maisons de l’emploi (lieux ressources et de formation pour les demandeurs d’emploi), mais aussi des opérations de job dating (notamment pour les jeunes issus des Quartiers Politique de la Ville), des parcours d’insertion personnalisés ou encore des clauses d’insertion sociales. Une priorité sera portée à l’accompagnement à la création d’entreprises pour permettre l’accueil de 60 000 nouveaux emplois sur la métropole d’ici à 2030, notamment dans l'économie de proximité (commerces, artisanat, restauration, hôtellerie). Le Plan local pour l’insertion et l’emploi (PLIE) continuera le travail pour l'emploi des personnes en difficultés sociale et professionnelle, grâce à leur accompagnement pas-à-pas et individualisé. Ce dispositif s’adresse aux habitants des quartiers populaires (QPV), aux demandeurs d’emploi de longue durée, aux jeunes de 18 ans ou plus sortis du système scolaire depuis 6 mois... Il accompagne chaque année 2 000 personnes. Un tiers d’entre elles habitent dans les quartiers populaires et 80 % ont une formation égale voire inférieure au CAP/BEP. En termes de résultats, le PLIE 2018-2020 a permis 1 204 formations et 2 524 contrats de travail. Ce PLIE est financé par le Fonds social européen à hauteur de 1,7M€ par an. 

Stimuler les 6 filières à fort potentiel du territoire

Le saviez-vous ? La Métropole est un territoire attractif pour 6 filières stratégiques : la santé, le maritime, le manufacturing (industrie de fabrication), l’alimentation, les industries numériques ainsi que les industries créatives et culturelles. Autant de secteurs porteurs d’innovations et de changements que la Métropole souhaite faire travailler en synergie, en développant des « lieux totems » comme Agropolia, Les Halles 6 Est/ouest, le Brick, la Station S… Tous ces lieux (colocations d’entreprises, laboratoires de recherche etc.) rassemblent les talents et la matière grise de différents secteurs encouragent la création et resteront au cœur de la stratégie économique de la Métropole.

Accélérer les transitions pour une économie responsable

Avec 30 % d’entreprises engagées dans une démarche de RSE (responsabilité sociétale des entreprises), la métropole est un territoire leader en ce domaine. Cet engagement est porteur de développements, d’innovations sociales et d’emplois de qualité... mais il répond aussi aux défis sociaux et environnementaux du XXIe siècle. C’est pourquoi la Métropole souhaite perpétuer et accélérer ce cercle vertueux. Aujourd’hui, une soixantaine de réseaux viennent en aide aux entreprises du territoire tandis que la collectivité anime la plateforme RSE avec Audencia depuis 2011. Ainsi, plusieurs objectifs structurent la feuille de route de 2022-2026 : l'accompagnement à l’émergence, au développement et au financement des projets, le soutien aux projets dans les quartiers populaires (QPV) et le développement d'une stratégie immobilière pour favoriser l’implantation des projets. 10 secteurs seront explorés, parmi lesquels ceux de la mobilité, l’éco-construction, la logistique urbaine, l’initiative citoyenne ou la santé. Pour accompagner ces projets, l’association phare de l'ESS à Nantes, les Ecossolies, recevra une subvention de 450 000 € pour 2022.

 

L'économie responsable est un marqueur, une identité de notre économie locale qui fait ses preuves et qui fait appel aux valeurs de solidarité de notre territoire. Les derniers trimestres l'ont montré : les entreprises d'ESS ont globalement mieux résisté à la crise sanitaire et économique que les entreprises classiques.

Mahel Coppey, vice présidente de Nantes Métropole déléguée à l'Économie sociale et solidaire.

Soutenir la mutation du commerce

Face aux plateformes commerciales toute-puissantes, défendre le commerce de proximité du centre-ville et des quartiers reste une priorité du mandat. Plusieurs solutions s’offrent aux commerçants : rejoindre des regroupements comme l’UNACOD ou des associations comme Plein-Centre, mais aussi proposer de nouveaux services à leur clientèle (services digitaux, cadre singulier, offres spéciales). La Métropole s’applique en parallèle à favoriser l’attractivité des circuits commerciaux, notamment grâce à la gratuité des transports en commun le week-end ou des rendez-vous culturels comme le Voyage à Nantes. Enfin, des projets de « polarités commerciales » (espaces commerciaux de nouvelle génération : plus verts, plus conviviaux, plus ouverts sur le quartier) commencent à fleurir dans des quartiers comme Bellevue, Nantes Nord, Château de Rezé…

Créer un lieu ressources : la Maison de l’entreprise

Nantes Métropole, la CCI et la CMA s’associent pour créer un nouvel espace ressources : la Maison de l’entreprise. L’ambition est d’y réunir toutes les offres d'accompagnement proposées aux entreprises sur le territoire (comme Nantes entreprise dans ma poche ou Plateforme RSE), pour les accompagner dans leurs transitions vers un nouveau modèle économique responsable. Les professionnels pourront ainsi y trouver de précieux conseils vis à vis du financement, de l’accompagnement RH ainsi que sur la RSE, la transition énergétique ou encore la mobilité…