2020-09-25T14:41:37Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/economie-emploi/commerces/vitrineschuman675.jpg

Actualités Publié le 25 septembre 2020

Un éléphant blanc s’empare des vitrines des commerçants sur le boulevard Schuman

Pour égailler les vitrines du quartier en cette rentrée 2020, l’association des commerçants Schuman-Barberie-Octroi, a fait appel à l’artiste illustrateur Jérôme Poulet-Sorreau.

L’artiste illustrateur Jérôme Poulet-Sorreau (en haut à gauche) est invité pour la 2e fois par l’association des commerçants Schuman-Barberie-Octroi à décorer les vitrines des volontaires.
L’artiste illustrateur Jérôme Poulet-Sorreau (en haut à gauche) est invité pour la 2e fois par l’association des commerçants Schuman-Barberie-Octroi à décorer les vitrines des volontaires.

Un éléphant est revenu s’installer sur une douzaine de vitrines de commerçants du boulevard Robert-Schuman et de quelques rues adjacentes. Sur l’une, il essaie des lunettes, sur une autre il amène un thé à une dame âgée, sur une dernière il signe un prêt auto. Ces dessins blancs avec quelques pointes de couleur sont l’œuvre de Jérôme Poulet-Sorreau, alias Capso illustration. Pour la deuxième fois, il a été invité par l’association des commerçants Schuman-Barberie-Octroi à décorer les vitrines des volontaires.

« Ces illustrations égaillent le quartier et poussent les gens à aller voir les autres commerçants, explique Céline Grenot, présidente de l’association et gérante du Comptoir du Lunetier. A Noël dernier, des clients ont fait le tour du quartier exprès pour les voir toutes. »

L’idée est venue de Jérôme Poulet-Sorreau qui, fréquentant la Crémerie Schuman, a proposé à son gérant Gabin Viot de lui réécrire les horaires, pas très visibles. Ce dernier lui a finalement laissé carte blanche pour illustrer la vitrine complète. Trésorier de l’association des commerçants, Gabin Viot l’a ensuite proposé comme animation pour promouvoir le quartier.

« Le dessin crée des interactions »

La première édition des dessins à Noël 2019 a été un succès, elle a donc été reconduite en cette rentrée 2020, tout en gardant l’éléphant comme mascotte. « Quand je faisais le dessin de la pharmacie, j’ai demandé aux enfants qui me regardaient quelles couleurs je devais mettre au manteau du personnage, j’ai eu deux réponses donc le manteau est bicolore, raconte Jérôme Poulet-Sorreau. Le dessin crée des interactions, les passants s’arrêtent. »

Ces illustrations au feutre-craie et Posca vont rester un ou deux mois puis l’éléphant reviendra pour Noël pour le plus grand plaisir des petits et des grands. L’opération devrait ensuite être renouvelée deux à trois fois par an.

Ça peut vous intéresser