2022-05-10T16:35:01Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/cinema/notre%20planete%20notre%20cinema/Equipe%20Notre%20plan%c3%a8te%2c%20notre%20cin%c3%a9ma_675.jpg

Actualités Publié le 10 mai 2022

Notre planète, notre cinéma : un festival engagé au Bonne Garde

Pour la première édition, du 9 au 15 mai 2022, le cinéma de Nantes Sud propose une dizaine de films et documentaires engagés sur la planète, l'environnement, l'écologie, les luttes sociales et environnementales..

L'équipe du cinéma a élaboré une affiche oscillant entre films récents et classiques.
L'équipe du cinéma a élaboré une affiche oscillant entre films récents et classiques.

Notre planète, notre cinéma. C'est le nom du tout premier festival concocté par l'équipe des bénévoles du cinéma le Bonne Garde, rue Frère-Louis à Nantes. « Pendant le confinement, nous avons eu beaucoup de temps pour visionner des films et des documentaires qui n'ont pas pu trouver leur public ou être projetés à cause du contexte sanitaire, explique Odile Martinache, membre bénévole de l'équipe ciné-débats à l'initiative de ce projet. On a donc eu l'idée de réunir sur une semaine  plein de films et documentaires engagés sur la thématique de la planète, en associant les autres groupes du cinéma Bonne-Garde comme les équipes de courts-métrages et du concept un film, une mousse ».

Élaborée en trois mois, la programmation oscille entre films récents (Le chêne, L'horizon), à succès (Bigger than us, La panthère des neiges) et classiques (Soleil vert, Wall-e). Deux films seront projetés chaque jour. « L'idée est d'attirer l'attention des spectateurs sur des sujets environnementaux et de société en mettant en avant des films qui ont été conçus pour faire évoluer les choses, tout en restant dans l'optimisme. C'est le cas du documentaire Empathie qui interroge notre façon de manger de la viande sans jamais tomber dans la moralisation ».

Trois temps forts

Le lancement des festivités a eu lieu le 9 mai à 18h avec la projection d'une série de courts-métrages suivie du film Le chêne vert de Michel Seydoux qui a fait l'objet d'un échange avec l'Office national des forêts. Autres temps forts : la diffusion du documentaire Animal de Cyril Dion en présence du coscénariste nantais Walter Bouvais, jeudi 12 mai à 20h, ainsi que le débat organisé à l'issue du documentaire Champ de luttes, semeurs d'utopie organisé samedi 14 mai à 14h par le festival des 48h de l'agriculture nantaise et la Quinzaine du commerce équitable, partenaires de l'événement.

« Le clap de fin retentira dimanche après la projection  de deux films dédiés à la jeunesse car c'est elle qui incarne l'avenir », conclut Odile Martinache, qui souhaite pérenniser le festival.

Site du cinéma le Bonne Garde