2022-07-22T14:27:18Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/securite-tranquillite-publique/parc%20des%20chantiers/food-truck800.jpg

Actualités Publié le 22 juillet 2022

Parc des Chantiers, des food-trucks qui restaurent et rassurent

Sami Manai, Amir Youssef et Youssef Rekik exploitent les trois food-trucks au parc des Chantiers. En plus de proposer de la restauration, ils veillent sur les noctambules et n’hésitent pas à intervenir en cas de problème. Explications. 

Amir Youssef est à la tête de Bilo Dilo, un food-truck qui sert une cuisine végétarienne égyptienne. © Garance Wester
Amir Youssef est à la tête de Bilo Dilo, un food-truck qui sert une cuisine végétarienne égyptienne. © Garance Wester

« Il ne faut pas hésiter à venir nous voir en cas de soucis ! » Cela fait un peu plus d’un an que Sami Manai, 33 ans, stationne son food-truck - «  le Waffle truck » - au niveau du parc des Chantiers, à proximité du Carrousel des mondes marins. Du jeudi au dimanche, entre 22 h 30 et 6 h 30, le jeune homme, affable, y propose de délicieuses gaufres ou encore des hot-dogs aux noctambules. Mais sa présence dépasse le cadre de la restauration… Tout comme Amir Youssef et Youssef Rekik, qui disposent aussi de leurs food-trucks, il fait partie d’un dispositif de tranquillité publique mis en place par la Ville de Nantes. « Ce sont de vrais relais sur le terrain, explique Julien Guérin, membre de la mission prévention de la collectivité. Par leur offre alimentaire, ils participent notamment à lutter contre l’hyper-alcoolisation en cœur de nuit, quand tout est fermé et qu’il n’y plus beaucoup de présence. »

Une présence rassurante

Les 3 food-trucks sont les seuls à être habilités à travailler sur le secteur. Amir Youssef – à la tête de Bilo Dilo qui sert une cuisine végétarienne égyptienne – est un secouriste chevronné qui a longtemps travaillé dans le domaine de la sécurité. Il est souvent intervenu pour interrompre des bagarres ou secourir des personnes fortement alcoolisées, depuis le début du dispositif en mai 2021 : « En fonction de la situation, on alerte les services de sécurité. On a par exemple un numéro direct pour la police municipale. » Sami, Amir et Youssef, qui peuvent à tout moment contacter les médiateurs, la protection civile ou le centre de supervision urbain (CSU), se relayent entre le Carrousel des mondes marins et la Grue grise. Et tous le reconnaissent : « Les gens sont contents de nous trouver. Notre présence est rassurante. »