2021-04-07T09:08:16Z https://metropole.nantes.fr/files/images/nantes-entraide/solidaire/ESAT/ESAT675.jpg

Actualités Publié le 07 avril 2021

À Rezé, des travailleurs handicapés confectionnent des masques de protection

L’Esatco (Établissement de service et d’aide par le travail) du Landas s’est lancé le 22 mars dans la fabrication de masques grand public à usage unique. Plus de 60 000 unités ont déjà été produites et les commandes affluent de toute la France.

l’Esatco accompagne 153 travailleurs handicapés dans différents domaines d’activités. © Céline Jacq
l’Esatco accompagne 153 travailleurs handicapés dans différents domaines d’activités. © Céline Jacq

Les élastiques bleus et rouges qui encadrent les premiers masques sortis des ateliers du Landas sont un clin d’œil à cette production « made in France ». « On voulait marquer le coup pour le démarrage, confirme Anna Kondombo, responsable d’établissement. C’est un moyen de montrer notre valeur ajoutée : des masques fabriqués localement par des personnes en situation de handicap. » Fondé par l’Adapei 44 (Association départementale des amis et parents d’handicapés mentaux), l’Esatco accompagne 153 travailleurs handicapés dans différents domaines d’activités : restauration, entretien des espaces verts, menuiserie… « Ce sont des personnes avec des troubles du spectre autistique (TSA), un handicap intellectuel ou des troubles psychiques, l’objectif est de les aider à monter en compétences. »

Produire 40 000 masques par jour

À la sortie du premier confinement, la structure rezéenne a mis en place un atelier de couture en lien avec d’autres ESAT de l’Adapei 44. « À l’échelle départementale, nous avons réalisé environ 80 000 masques en tissu à destination des particuliers, des entreprises et des collectivités. L’atelier est toujours en cours. » Aux masques textiles s’ajoutent désormais des masques grand public à usage unique « dotés d’une capacité de filtration supérieure à 99 % ». Deux semaines après le lancement du dispositif, plus de 60 000 unités sont déjà sorties des ateliers et les commandes affluent de toute la France. Les machines vont tourner à plein régime dans les prochaines semaines « pour monter à 40 000 masques par jour ».

La fabrication est supervisée par un technicien embauché pour cette mission, le contrôle qualité et le conditionnement sont ensuite assurés par une vingtaine de travailleurs en situation de handicap. Hugues teste la solidité des élastiques : « c’est ok ». « Ils ne laissent rien passer, c’est un contrôle très rigoureux, observe Anna Kondombo. L’objectif est ensuite de passer à la partie fabrication en les formant sur les machines pour leur permettre d’acquérir une technicité. Ce ne sont pas simplement des petites mains, ils ont des vraies compétences à valoriser ! » Une production locale, solidaire et éco-responsable. L’Esatco prend en charge le recyclage des masques usagés. 

À noter

Pour commander : masques-esatco44.fr ou par mail à masques@esatco44.fr