2020-06-12T15:24:58Z https://metropole.nantes.fr/files/images/nantes-entraide/culture/film675.png

Article d'info Publié le 12 juin 2020

Découvrir les films nantais du confinement

Thriller, poésie, huis-clos… Malgré le confinement, les Nantais n’ont pas manqué d’idées pour raconter des histoires depuis leur salon. Voici quatre court-métrages nantais faits maison, pour rêver, réfléchir ou frissonner.

Harmonie, de Corentin Schieb
Harmonie, de Corentin Schieb

1. Home, de Pierre-Alexandre Chauvat

« Je suis un grand fan des intros de « Breaking Bad » et « Better Call Saul » qui racontent des histoires à partir d’un objet ou d’un détail. À mon tour, j’ai voulu tourner un court-métrage narratif, façon thriller, dont le personnage principal serait un ordinateur malveillant. Ma compagne et moi avons tourné « Home » sur plusieurs soirs entre 22h et 2h du matin, dès que notre petit était couché ! »

Pierre-Alexandre Chauvat est un monteur et designer nantais. Il a réalisé le court-métrage « L’Héritage », sans doute le premier western tourné en Loire-Atlantique. Le film a été sélectionné dans plusieurs festivals comme Premiers Plans à Angers et remporté de nombreux prix à travers le monde. Découvrez le teaser de l’Héritage.

2. Harmonie, de Corentin Schieb

« Harmonie » a été inspiré par la vision mélancolique des rues vides depuis nos fenêtres, et par la sensation de notre besoin d’errance et d’évasion en ces temps étranges. Tourné durant la période de confinement, ce court-métrage résonne comme une invitation à la contemplation et aux voyages intérieurs. »

Corentin Schieb est un photographe / réalisateur nantais dont le travail au caractère nostalgique et empreint d’onirisme, s’inspire directement de ses voyages et de ses rencontres, pour tenter de capturer les moments éphémères et la beauté du temps perdu. Découvrez Flammes, son précédent court-métrage.

3. La série À vos fenêtres, du collectif Espèces d’Espaces

« Nous voulions continuer de créer pendant le confinement tout en respectant les règles sanitaires. Un vrai challenge… qui nous a conduit à imaginer ces cartes postales en plan séquence qui mettent en scène la vie d’un immeuble pendant le confinement. Un travail réalisé directement avec les habitants qui se sont prêtés au jeu avec enthousiasme et ont pu découvrir le film le soir-même, directement projeté en bas de chez eux.»

Le collectif Espèces d’Espaces est né de la rencontre entre Florentin Guesdon, scénographe et Jean-Marc Besenval, réalisateur-vidéaste. Véritable laboratoire ambulant, le collectif imagine des dispositifs scénique sur mesure en fonction des lieux et des collectifs rencontrés. Retrouvez l’intégralité du projet À vos fenêtres.

4. Veritas Homine Salvator, de Yann Guingueno

« Confiné tout seul, j’ai tourné « Veritas Homine Salvator (VHS) » pour m’occuper de manière créative. Je me suis aussi rajouté une difficulté : tourner uniquement avec un vieux caméscope JVC que j’ai récupéré il y a quelques temps. C’est un vieux modèle que l’on aperçoit dans « Retour vers le Futur ». Dans ce film, j’ai voulu donner une vision sombre et pré-apocalyptique à l’épidémie. Il a été réalisé dans le cadre du festival rennais Court-Roulette. »

Autodidacte et grand passionné de cinéma, Yann Guingueno a arrêté sa carrière dans l’aéronautique pour devenir cinéaste et vidéaste indépendant. Découvrez ses autres projets sur Blacklodge making tv.

À revoir :

Dans un vlog spécial confinement, l’émission nantaise VHS a invité cinéphiles, acteurs et cinéastes nantais à raconter, face caméra, leur meilleur souvenir de cinéma. En ressort un florilège de témoignages et de séances inoubliables qui vous aideront à élaborer une belle liste de films à (re)découvrir.