2020-08-14T10:12:22Z https://metropole.nantes.fr/files/images/nantes-entraide/solidaire/legume-675.jpg

Actualités Publié le 14 août 2020

Des solidarités de voisinage au Clos-Toreau

A Nantes Sud, dans le quartier du Clos-Toreau, des habitants s’organisent pour prendre des nouvelles des plus fragiles, relayer les informations sanitaires, aider aux courses... De quoi donner quelques idées pour que confinement ne rime pas avec isolement.
 

La distribution de produits maraîchers est maintenue au Clos Toreau grâce à la mobilisation d'habitants
La distribution de produits maraîchers est maintenue au Clos Toreau grâce à la mobilisation d'habitants

C’est au 3 rue d’Hendaye que les voisins ont commencé à s’organiser, d’abord en imprimant et en partageant les devoirs des enfants et les attestations de sorties. « On a une culture d’entraide bien ancrée dans les habitudes au sein de cet immeuble où, chaque fin d’année, on participe collectivement à la décoration du traditionnel sapin » souligne Anne Gruand, à l’initiative de ce mouvement.

Petit à petit, cet élan de solidarité s’est organisé et étendu à d’autres adresses du quartier. Par téléphone tout d’abord, afin de prendre des nouvelles des personnes âgées et isolées et de conserver le lien avec les locataires parlant peu le français, puis pour identifier des habitants « référents » dans chaque immeuble en mesure de relayer les infos sanitaires et d’organiser les réponses aux différents besoins exprimés.

Maintenir la distribution de légumes

Bientôt, des affichettes ont été collées par les « référents » dans les halls, indiquant leurs coordonnées, listant les « coups de mains » proposés par les habitants volontaires (faire des courses, imprimer des documents…) et rappelant le numéro de téléphone Nantes Entraide. Autre initiative concrète : maintenir la distribution de légumes qui avait lieu auparavant à la Maison de quartier des Confluences un jeudi sur deux. Pour cela, le maraîcher a été contacté directement et une commande collective organisée auprès des différents habitants intéressés, via une boîte aux lettres communes. Un moyen également de continuer à soutenir les producteurs locaux.