2020-07-02T09:44:17Z https://metropole.nantes.fr/files/images/nantes-entraide/des%20idees/bonnecage675.png

Article d'info Publié le 02 juillet 2020

Un podcast pour raconter la Boissière

Avec « La bonne cage », les sociologues Elvire Bornand et Frédérique Letourneux donnent la parole aux habitants de ce micro-quartier de Nantes Nord. Lancé fin mars, le podcast témoigne de la vie quotidienne, confinée puis déconfinée.

Frédérique Letourneux et Elvire Bornand
Frédérique Letourneux et Elvire Bornand recueillent la parole des habitants de la Boissière, à Nantes Nord, sur des thématiques variées.

Un quartier, quatre saisons. Une enquête en sciences sociales réalisée sous un format audio inédit pour « comprendre comment on vit à la Boissière » et diffusée en « temps presque réel.» En créant leur podcast La bonne cage, Elvire Bornand et Frédérique Letourneux étaient loin d’imaginer qu’elles deviendraient les témoins de la vie confinée du quartier. « Notre premier épisode, enregistré avant la crise sanitaire, était consacré à la politique pour faire le lien avec les municipales. Le confinement est arrivé et nous avons décroché nos téléphones pour prendre des nouvelles des personnes que nous avions rencontrées », explique Elvire Bornand.

« Les habitants avaient envie de témoigner »

Pendant deux mois, les sociologues réalisent des épisodes aux thématiques variées : solitude, école à la maison, solidarités… « Loin de nous mettre à distance, le confinement a été un accélérateur. Les habitants avaient envie de témoigner de ce qu’ils vivaient. Pour certains, nous étions le seul contact de la semaine. Il y avait beaucoup d’émotion, c’était très intense. » Chaque épisode est accompagné d’un « bonus » apportant l’éclairage de chercheuses en sciences humaines et sociales.

Mi-mai, Elvire Bornand et Frédérique Letourneux reprennent leur micro et le tramway, arrêt Boissière. Dans leur journal de terrain, elles racontent l’été incertain qui se profile. « L’atmosphère est plus légère mais il y a encore beaucoup d’inquiétudes concernant la période estivale. Les budgets sont serrés, certains renoncent à leurs vacances. Les habitants n’ont pas envie de se retrouver dans une autre forme de confinement, sans loisirs. Les activités proposées par les associations vont jouer un rôle très important. »

Été, automne, hiver… La chronique du quartier se poursuivra jusqu’en mars 2021.

À noter

http://labonnecage.fr

Prochain épisode : « La pataugeoire », mise en ligne mi-juillet.