2021-05-14T08:55:41Z https://metropole.nantes.fr/files/images/nantes-entraide/solidaire/CampuSolidaire/CampusSolidaire675.jpg

Actualités Publié le 14 mai 2021

Les coups de pouce alimentaires de CampuSolidaire

Depuis une douzaine d’années, l’association CampuSolidaire, installée dans le quartier Zola, propose des colis alimentaires aux étudiants nantais. Ils sont entre 60 et 80 à en bénéficier chaque mois.

Une douzaine de bénévoles prêtent main forte pour préparer les colis alimentaires.
Une douzaine de bénévoles prêtent main forte pour préparer les colis alimentaires.

Ils ont préparé, ce mercredi, les cartons pour la distribution du mois. Environ 80, remplis de quelques viennoiseries, de pain de mie, de pâtes, de riz, de fruits et légumes, de viande… Et depuis peu, de produits d’hygiène. Étudiants et étudiantes passeront récupérer leurs provisions ce samedi 15 mai, à 2,5 € le colis, au rythme d’un planning contraint par les mesures sanitaires.
Cela fait 12 ans que l’association CampuSolidaire donne ainsi un coup pouce alimentaire aux étudiantes et étudiants du campus nantais. « Nous avons créé, en 2009, un groupe d’écoute. Et nous nous sommes rendu compte que pour nombre d’entre eux, le petit encas que nous leur offrions alors était leur seul repas » explique Laurent Pucenot, le président de l’association. CampuSolidaire scellait alors un partenariat avec la Banque alimentaire et prenait contact avec le Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous).

« Avec la Covid, nous avons beaucoup plus de jeunes en première année de fac, dont certains ont perdu leur petit boulot » poursuit Dina Pucenot. Leur fils est aussi partie prenante de l’association. Et une douzaine de bénévoles les aident à la préparation et à la distribution. « Il y avait besoin de petites mains. Et j’aime l’idée de l’entraide » conclut Aya, 24 ans, étudiante en licence 3 de droit privé, originaire de Côte d’Ivoire, bénévole depuis le début de l’année.

La page Facebook de CampuSolidaire Tout savoir sur le soutien aux étudiants pendant la crise sanitaire