2021-03-08T12:00:55Z https://metropole.nantes.fr/files/images/nantes-entraide/solidaire/colis%20PA%20Accoord/Distrib_colis_seniors2%20675.jpg

Publié le 08 mars 2021

Des colis anti-morosité pour les personnes âgées isolées

La Maison de quartier de l’île de Nantes et le Centre communal d’action sociale (CCAS) ont distribué des colis aux seniors en situation d’isolement. À l’intérieur : des livres, un kit de bricolage ou encore un livret d’activités physiques pour s’occuper et égayer le quotidien. 

Des cartes poétiques, rédigées dans le cadre d’ateliers d’écriture proposés par l’Accoord, ont été glissées dans les colis anti-morosité.
Des cartes poétiques, rédigées dans le cadre d’ateliers d’écriture proposés par l’Accoord, ont été glissées dans les colis anti-morosité.

La crise sanitaire a accentué le sentiment de solitude et l’isolement des personnes âgées. « Les seniors se sentent particulièrement vulnérables face à l’épidémie et sortent peu, constate Patricia Talbot, responsable du pôle développement territorial Centre Sud à la Ville de Nantes. Ils ont perdu ce qui leur restait de vie sociale. » Pour égayer le quotidien, le Centre communal d’action sociale (CCAS) de la Ville et les équipes Accoord de la Maison de quartier de l’île de Nantes ont imaginé des colis anti-morosité. « L’idée a germé en décembre dernier lors des collectes de jouets pour les fêtes. L’objectif est de leur permettre de s’occuper et de se changer les idées. »

Livres, plantes et bricolage

Dans ces colis « faits avec beaucoup d’entrain » : trois livres offerts par la Bibliothèque municipale, un carnet d’activités physiques à faire à domicile, un livret d’entraide répertoriant les structures ressources, un bulbe de plante, un kit de bricolage pour fabriquer un cache-pot et un masque en tissu. « Nous avons également glissé des cartes poétiques rédigées dans le cadre d’ateliers d’écriture proposés par l’Accoord. »

Vingt retraités, identifiés par le CCAS comme étant en situation d’isolement, ont pu retirer ces colis à la Maison de quartier de l’île les deux dernières semaines de février. « C’était aussi l’occasion de leur présenter les activités dans le quartier, souligne Patricia Talbot. Avec le retour des beaux jours, les balades commencent à reprendre par petits groupes et dans le respect des gestes barrières. » Un pas de plus pour rompre l’isolement.