2021-04-20T12:13:49Z https://metropole.nantes.fr/files/images/nantes-entraide/solidaire/F%c3%aate%20le%20mur%20Nantes/fete%20le%20mur%20675.jpg

Publié le 20 avril 2021

Fête le mur défend l’éducation par le sport

L’association créée par Yannick Noah et présente aux Dervallières s’est réinventée avec la crise sanitaire. Lutte contre la fracture numérique, soutien scolaire : Fête le mur agit.    

 

Les jeunes adhérents de Fête le mur conçoivent un jeu vidéo pendant les vacances avec « Click and move ». Codage le matin et sport l’après-midi ! (crédit photo : Fête le mur Nantes).
Les jeunes adhérents de Fête le mur conçoivent un jeu vidéo pendant les vacances avec « Click and move ». Codage le matin et sport l’après-midi ! (crédit photo : Fête le mur Nantes).

Installée dans une ancienne école du quartier, rue Auguste-Lenoir, Fête le mur Nantes continue de défendre l’insertion et l’éducation par le sport, le tennis en priorité. L’association bénéficie de deux courts et d’un mur de frappe, inaugurés en 2006 par Yannick Noah, le fondateur de Fête le mur. La crise sanitaire est venue, comme pour nombre d’acteurs associatifs, percuter brutalement son fonctionnement et ses actions.

Lutter contre la fracture numérique

« Beaucoup de choses se sont révélées à nous avec la crise du Covid et cette nécessité de mener un travail sur la scolarité et la fracture numérique. Pendant le premier confinement, on a fourni sept ordinateurs à des familles. Mais on s’est rendu compte que la fracture se joue à travers l’environnement numérique et ses usages dans les quartiers populaires. Pas mal d’enfants et d’adolescents ont des lacunes pour bien utiliser les fonctionnalités comme la messagerie, un traitement de texte ou un tableur » pointe Ahmed Ben Saïd, directeur de Fête le mur Nantes.

Pour éviter le décrochage digital, l’association privilégie une approche créative. Ainsi, la conception d’un jeu vidéo via un atelier proposé pendant les vacances : « Il s’agit de sensibiliser et d’apporter une bonne connaissance du numérique. En concevant un jeu vidéo, les jeunes apprennent à coder. C’est un apprentissage ludique. Mais derrière la dimension ludique, il y a un volet pédagogique. C’est le dénominateur commun de toutes nos actions », souligne Ahmed Ben Saïd. 

Un soutien scolaire

Autre action déployée par Fête le mur Nantes : le soutien scolaire. « Nous avons relevé les difficultés rencontrées à l’école par certains jeunes. On a décidé de mettre en place une action de soutien scolaire. » Concrètement, depuis l’été dernier, l’association déploie un parrainage scolaire. « Il s’agit de mobiliser autant de parrains – parents, étudiants - que d’enfants concernés. Une relation privilégiée se noue entre un parrain et un jeune, de l’école élémentaire au collège. Dans un cadre bienveillant, on se concentre sur les matières essentielles que sont les maths et le français pour lire, écrire et compter. »

Fête le mur est en lien avec les parents et les enseignants. « Cela donne du sens à ce dispositif que nous développons. Tout s’imbrique, on n’est pas hors sol. Cette crise nous a obligé à nous réinventer. Après 15 années d’existence, nous avons fait comprendre la philosophie de l’association : notre attachement à l’éducation et à l’insertion par le sport » rappelle Ahmed Ben Saïd.

À noter

Pour suivre l’actualité de Fête le mur sur Facebook :
Contact : 09 82 29 72 72