2020-04-22T10:19:01Z https://metropole.nantes.fr/files/images/nantes-entraide/culture/Survi675.png

Article d'info Publié le 22 avril 2020

Revivre jour après jour en lisant Survi

Lancé par un couple de Nantais, le webzine regroupe un nombre grandissant de contributeurs, qui à leur façon témoignent de leur expérience du confinement.

Survi
Survi, webzine éphémère en mode confinement, mobilise près de 75 contributeurs.

Survi ? C’est un peu comme si l’on rentrait dans une librairie non spécialisée : il y en a pour tous les goûts. Au rayon illustration, les strips noir et blanc d’Olivier Texier, le Monsieur Cube de Lepatpou & Fafa, les Sagoteries d’Éric Sagot, Olli Bioret... Des journaux intimes et/ou décalés comme en écrivent Mathilde Colas, décidée à « ranger sa vie », Stéphane et Pierre en coloc alcoolisée, Arnaud Bénureau en feuilletoniste de la première couronne, Mikaëlla S et ses confessions piquantes... Un guide pour parents, avec Jérôme Taudon. Des détournements de films. Des chroniques musicales, littéraires, cinéma, comme s’il en pleuvait. Du futile, du lourd, du drôle, de l’émouvant. Au final, un récit choral du confinement, en mode kaléidoscope.

« Le projet Survi est né le soir même de l’annonce du confinement, ce soir où je perdais mes deux boulots d’un coup, raconte Sylvain Chantal, écrivain nantais, auteur notamment de « Turco », paru en janvier dernier (éd. Bouclard). Avec ma compagne Chloé Nataf, qui s’est aussi retrouvée au chômage technique, on s’est demandé ce qu’on allait faire pendant toutes ces semaines. D’où l’idée de lancer un site. » Survi – anagramme de virus – est né.

Rameutés aussi sec à coups de mails et de SMS, les amis issus du monde de la culture, de l’événementiel, de la presse, répondent présents. La moitié sont nantais. Quelques noms connus, qui signent ou non d’un pseudo. Depuis, le groupe de départ s’est étoffé et Survi rassemble 75 contributeurs – il est toujours possible de les rejoindre, « ça permettra à ceux qui sont là depuis le début de souffler. »

Entre 15 et 20 posts quotidiens alimentent le webzine. Encore un chiffre ? 1 000 visiteurs uniques par jour en moyenne. Une date ? Le 11 mai, jour annoncé de la fin des festivités. « Il va bien falloir retravailler ensuite ! », sourit Sylvain. Un peu égoïstement, on en vient à penser : déjà ?

J'y vais !

Ça peut vous intéresser