2020-04-29T09:56:24Z https://metropole.nantes.fr/files/images/nantes-entraide/culture/bouh-675.jpg

Article d'info Publié le 29 avril 2020

Frissonner en suivant la série « Insectum Galeati »

Quand toute une famille imagine une série fantastique à écouter et la diffuse via les réseaux sociaux : c’est la belle histoire d’« Insectum Galeati ».

Séance d'enregistrement des voix pour la série Insectum Galeati (photo Clara C.).
Séance d'enregistrement des voix pour la série Insectum Galeati (photo Clara C.).

Deux enfants confinés dans un manoir étrange : c’est le point de départ d’« Insectum Galeati », dont le premier épisode a été mis en ligne mercredi 22 avril. L’histoire doit ensuite s’égrainer à raison d’un épisode par semaine, à suivre sur les réseaux sociaux. Particularité de cette mini-série fantastique ? Elle est conçue, réalisée et diffusée par une famille nantaise de cinq personnes, confinées à domicile pendant la crise sanitaire, comme le reste de la population.

L’idée en revient à Johann Corbard, le père de famille, par ailleurs directeur artistique de la compagnie de théâtre Trois Petits Points. Il a imaginé l’histoire et assure la production de la série. « Tant qu’à être confinés ensemble, il s’est dit qu’on pouvait aussi créer ensemble », explique Clara, 18 ans et fille aînée, en charge de la communication autour du projet familial. La mère, Olivia Le Déaut, est coscénariste, coordinatrice et comédienne. Elliott (13 ans) et Sulianne (7 ans) complètent le casting et interprètent les deux principaux personnages de l’histoire. Elliott a aussi créé des visuels et composé certaines des musiques de la série.

« On n’avait jamais fait d’histoire sous cette forme et c’est un exercice intéressant, car il faut rendre les ambiances », raconte Johann Corbard. Chaque épisode dure de 7 à 10 minutes et tient l’auditeur en haleine. « On y va progressivement, à un rythme qui s’est imposé de lui-même. L’idée, c’est d’aller au bout de cette petite histoire ! »

J’écoute !

Ça peut vous intéresser