2021-05-04T16:39:07Z https://metropole.nantes.fr/files/images/nantes-entraide/solidaire/Cassetaroutine/Cassetaroutine675.jpg

Publié le 04 mai 2021

Casse ta routine au chevet des habitants de Nantes Nord

Aide alimentaire, mise en relation avec les acteurs de l’emploi, soutien psychologique… L’association fondée par Louisa Battoy est un maillon essentiel de la solidarité pendant la crise sanitaire.

Louisa Battoy a fondé Casse ta routine en 2011 pour tisser des liens entre les habitants et les institutions (crédit photo : Romain Boulanger)
Louisa Battoy a fondé Casse ta routine en 2011 pour tisser des liens entre les habitants et les institutions (crédit photo : Romain Boulanger)

Depuis un peu plus d’un an, les journées de Louisa Battoy sont chargées et le mot week-end n’existe plus. La médiatrice sociale jongle entre les appels, les mails et la vingtaine de personnes qui se présentent chaque jour dans son petit local aux murs blancs route de La Chapelle-sur-Erdre. « Je suis confrontée en permanence à la détresse, rapporte celle qui a fondé Casse ta routine en 2011 pour tisser des liens entre les habitants et les institutions. La détresse des pères qui ont perdu leur emploi, la détresse des mères qui s’inquiètent pour l’avenir de leurs enfants et la détresse d’une jeunesse encore un peu plus marginalisée. La précarité était déjà présente, la crise a accentué les fragilités. »

Aide alimentaire et soutien à l’emploi

Pour répondre aux besoins des habitants, l’association, qui fait déjà appel à trois jeunes en service civique, a embauché deux salariés à temps partiel. Dès le premier confinement, Casse ta routine a mis en place une aide alimentaire avec l’appui de la Ville. « Nous avons d’abord livré des colis à domicile avec l’équipe de quartier avant de tenir un point de distribution hebdomadaire dans la salle festive de Nantes Nord jusqu’en août », détaille Louisa Battoy. Le soutien alimentaire a évolué à l’automne en lançant un appel aux dons. « Les entreprises ont répondu présentes, les enseignants du collège Stendhal se sont aussi mobilisés. » Les denrées sont stockées dans le local de l’association, la distribution se fait « au cas par cas » selon les besoins des familles.

Sur le volet social, Louisa Battoy travaille en étroite collaboration avec la Maison de l’emploi de Nantes Nord. « Lorsque les gens me sollicitent, on fait une première rédaction de CV. Je les oriente ensuite vers la Maison de l’emploi en précisant les besoins. Véronique Hurtaud, sa directrice, vient aussi à la rencontre des demandeurs d’emploi en leur présentant des offres. » L’association pilote également des chantiers d’insertion pour les jeunes.

Une écoute attentive

Toujours souriante derrière son masque, Louisa Battoy est surtout une oreille attentive et bienveillante quand le moral flanche. « Les gens se confient, encore plus qu’avant. Quand une maman m’écrit le samedi soir pour me faire part de son mal-être, je réponds. C’est impossible de couper. J’essaie de rassurer avec mes mots et je renvoie vers des structures spécialisées. »

Le tableau est sombre mais la médiatrice se raccroche à l’élan de solidarité et aux liens tissés pendant la crise. « Les habitants et les équipes de la Ville ont travaillé main dans la main pour distribuer les colis alimentaires, c’était une belle expérience humaine. Quand les acteurs du territoire se mobilisent ensemble, on peut faire bouger les choses. »

À noter

Casse ta routine, 86 route de La Chapelle-sur-Erdre.
02 72 65 94 47
cassetaroutine.com