2020-04-27T10:23:41Z https://metropole.nantes.fr/files/images/nantes-entraide/solidaire/Comptoir_alouettes-675.jpg

Article d'info Publié le 27 avril 2020

Le Comptoir des alouettes soigne l’aide alimentaire à Bellevue

Chaque mardi dans l’immeuble du Drac, un point de distribution alimentaire d’urgence est organisé grâce à l’implication de nombreux  bénévoles et associations du quartier.

Tandis que le Comptoir continue son activité de vente de produits locaux en version « drive », ses bénévoles peuvent se féliciter de participer à un maillon essentiel de la solidarité alimentaire locale.
Tandis que le Comptoir continue son activité de vente de produits locaux en version « drive », ses bénévoles peuvent se féliciter de participer à un maillon essentiel de la solidarité alimentaire locale.

Entre Bellevue et Chantenay, le Comptoir des alouettes est un lieu où on vient acheter des produits locaux de qualité et, habituellement, prendre un café, discuter. Parmi ses objectifs, il y a aussi la lutte contre le gaspillage alimentaire et le don. Mais, dans le cadre contraint de la crise sanitaire, difficile d’établir un point de distribution dans l’ancienne ferme qu’occupe le Comptoir – les trois familles qui l’animent y habitent aussi.

Face à l’évidence de l’urgence alimentaire, le Comptoir a lancé un appel aux partenaires locaux. C’est alors que s’est mise en place la distribution du mardi rue du Drac. Accompagnés par la Ville, les bénévoles du Comptoir ont ainsi été rejoints par la CSF, la CLCV, les deux centres socioculturels ACCOORD, l’ADPS, Arlène, Emulsion, ID numéric, Café prod, ASO, la régie de quartier Océan, Rapi, le Conseil citoyen. Le Département apporte son appui. Une mobilisation qui démontre la force des réseaux du quartier.  

Quoi de plus motivant que d’aider et de participer à la solidarité locale ?

Odile Brousse, le Comptoir des alouettes

Approvisionnés par d’importants dons de grossistes et de grandes surfaces, les volontaires du mardi ont pu ainsi préparer des colis alimentaires pour 130 familles dans le besoin le 21 avril dernier, certaines directement contactées par téléphone, d’autres averties par bouche à oreille.

Ça peut vous intéresser