2021-02-24T12:36:42Z https://metropole.nantes.fr/files/images/actualites/egalite-sante-solidarite/accoord/entraide-correspondants-solidaires-21-675.jpg

Actualités Publié le 24 février 2021

Pour rompre l’isolement, l’Accoord lance les correspondants solidaires

L’association socio-culturelle va former des binômes avec des Nantais et des nouveaux arrivants qui suivent ses cours de langue. Ils échangeront chaque semaine par téléphone. L’objectif est double : lutter contre l’isolement et enrichir sa pratique du français.  

Après une expérimentation réussie au printemps 2020, le dispositif des correspondants solidaires est lancé à plus grande échelle. Crédit : Soizic Leray (Altoso Photos).
Après une expérimentation réussie au printemps 2020, le dispositif des correspondants solidaires est lancé à plus grande échelle. Crédit : Soizic Leray (Altoso Photos).

Chaque année, entre 500 et 600 personnes apprennent ou améliorent leur français avec l’Accoord. L’association d’éducation populaire, à la tête des 21 centres socioculturels de la Ville de Nantes, propose une vingtaine d’ateliers linguistiques. Des rendez-vous organisés avec une jauge réduite ou en distanciel compte tenu du contexte sanitaire.  

Pour rompre l’isolement et permettre aux « apprenants » de continuer à pratiquer leur français, l’Accoord fait appel à des correspondants solidaires. « Le projet est né pendant le premier confinement, précise Killian Courtille, chargé de l’animation de la vie associative. Les apprenants suivaient les ateliers à distance mais ils avaient moins l’occasion de parler français à côté. En parallèle, de nombreux bénévoles se sentaient démunis pendant cette crise sanitaire. Nous avons trouvé intéressant de les mettre en relation. » 

« Un échange interculturel » 

Une expérimentation est menée au printemps 2020 avec une quinzaine de binômes. Le principe ? Avoir au moins une conversation téléphonique par semaine pour discuter du quotidien, partager des recettes de cuisine ou des coups de cœur musicaux. « J’ai été mise en contact avec une jeune femme originaire du Soudan, témoigne Anne-Claire Morel qui anime des ateliers professionnels à l’Accoord. Elle a accouché prématurément et j’ai pris régulièrement de ses nouvelles pendant son hospitalisation. Les échanges étaient riches ! » 

Après cette première expérience concluante, le dispositif des correspondants solidaires est aujourd’hui lancé à plus grande échelle. « On tisse des liens entre des personnes qui ne se rencontreraient pas dans le quotidien, c’est un échange interculturel et intergénérationnel, souligne Killian Courtille. On essaie de mettre en relation des personnes proches géographiquement, l’objectif est que les binômes puissent se rencontrer quand nous serons sortis de la crise sanitaire ! »  

Pratique

Intéressés ? Vous pouvez contacter le centre socioculturel Accoord de votre secteur ou Killian Courtille au 07 62 96 11 36.  
Plus d'informations sur le site officiel de l'Accoord.